Père et fille : critique tendre

Lino Cassinat | 23 août 2017 - MAJ : 09/03/2021 15:58
Lino Cassinat | 23 août 2017 - MAJ : 09/03/2021 15:58

Ben AffleckLiv Tyler et Kevin Smith se réunissent pour nous offrir Père et fille, une fausse romcom qu'on vous recommande (un peu).

BEN AVANT WAYNE

Au milieu des années 90, Ben Affleck est un golden boy à qui tout réussit, avec tous les avantages et les inconvénients que cela implique : charismatique et volontaire mais pas mal égoïste/égocentrique sur les bords. Il est très amoureux de sa femme et ils vont avoir un enfant, sauf que la vie est parfois très mal faite et la dite femme meurt en accouchant. Ben Affleck tente de reprendre sa vie d’antan au travail, mais il délaisse sa progéniture, jusqu’à ce que, suite à un enchaînement d’imprévus, il pète un câble au travail. Il est viré, et définitivement anéanti, il retourne vivre chez son père à la campagne avec son bébé. 7 ans plus tard, Ben Affleck est devenu un excellent père pour sa fille, mais il rêve toujours de reprendre sa carrière...

 

photoUn duo très charmant, et une actrice enfant très convaincante


Père et fille a tous les atours de la comédie « romantique » (au sens très large du genre puisque le film parle surtout de paternité) la plus lambda possible, mais ce qui attire l’attention, c’est qu’elle est réalisée par Kevin Smith. Passée la surprise de voir le champion de la cause geek s’atteler à un sujet à priori éloigné de ses thèmes de prédilection, on est piqué de curiosité : ce réalisateur est un type plutôt malin et conscient des codes des genres dans lesquels il évolue, peut être aura-t-il le cran de dépoussiérer un peu un sujet rebattu dans un genre rebattu.

 

photoOn ne spoile rien, mais ça ne finira pas exactement comme ça

 

IL EST LIBRE KEVIN

Alors, évidemment, on ne vous promet pas la révolution pendant la première heure du film, simplement des personnages bien écrits et nuancés, et quelques situations qui sortent un peu du plan-plan aseptisé de la comédie romantique. La principale source de fraîcheur du film vient, outre ses personnages féminins qui n’ont pas peur de passer pour des weirdos, c'est son approche de certains thème difficiles et de situations (très) embarrassantes avec beaucoup de sang froid, adressés comme quelque chose de normal.

Le principal renouveau qu'apporte Kevin Smith est qu'ici la naissance d'un enfant n'est pas vécu comme une bénédiction merveilleuse, mais plutôt comme ce qu'elle est : un lot de galères supplémentaire (et on ne parle pas de la mort de la mère en couche, le couple de Ben Affleck bat déjà de l'aile avant), malgré tout l'amour que l'on porte à ses enfants. Faire un enfant suppose même d'être capable d'abandonner une partie de sa vie, ce qui peut se faire à regret. Et ce n'est pas ici faire preuve de cynisme que de le dire, c'est même tout l'inverse : c'est un constat difficile à admettre.

On s’évite donc, et c’est très agréable, le vernis puritain angéliste hollywoodien classique. A plus petite échelle et sur un autre sujet, en témoigne par exemple la scène où deux enfants se montrent leurs sexes, séquence certes très gênante pour le spectateur (et pour Ben Affleck, qui le sent bien là le lot de galères) mais néanmoins comique par son espièglerie.

 

photoLe vieux coup du plombier

 

Là encore, c'est une petite réussite thématique parmi d’autres, tel le difficile retour à la sexualité d'un veuf (qui sera d’ailleurs l’occasion d’orchestrer une très drôle situation miroir à la scène décrite plus haut), de la masturbation ou encore de la difficulté pour un parent de devoir renoncer une partie de ses rêves pour son enfant. Anecdote en guise de cerise sur le gâteau, il y a dans Père et fille la toute première blague sur le 11 septembre dans un film mainstream. Et en plus elle est drôle, sauf si vous aimez Cats.

 

photoLA GÊNE EST REELLE

 

BEN REVIENT PARMI LES TIENS ?

Cependant, si Père et fille est assez franc du collier et ausculte un angle plus vulnérable et donc plus rare de la « masculinité », Kevin Smith a clairement manqué d’inspiration pour la conclusion de son film. Malgré une scène de comédie musicale vraiment drôle et un gros caméo (presque) inattendu, la dernière demi-heure a pour principe un enchaînement de péripéties convenues à base de « je vais être en retard pour le spectacle de ma fille ». Alors c’est mignon et efficace, mais clairement ça ne casse pas trois pattes à un canard.

C’est dommage, parce que cette conclusion clôt l’intrigue en évacuant certains personnages et certaines thématiques secondaires intéressantes et en se recentrant sur Ben Affleck, alors qu’on aurait bien pu passer 20 minutes encore à déambuler dans l’univers de Kevin Smith. Tout cela paraît bien rapide et réduit par exemple la pauvre Liv Tyler à la portion congrue, alors que l’esquisse de son personnage promettait vraiment quelque chose de saugrenu et énergique. C’est d’autant plus triste qu’avec ses 90 petites minutes et son rythme qui ne faiblit jamais, il y avait vraiment le temps d’ajouter encore un peu de contenu au film pour en faire quelque chose de plus complet.

 

photoLa gêne, le retour


Pour finir d’enfoncer le clou, il faut aussi souligner une ou deux scènes assez bancales (la gronde lors de la réunion publique sur les travaux de la rue) et une utilisation de la musique parfois déconcertante. On adore Bruce Springsteen hein, mais mettre une chanson sur la reconstruction post-11 septembre (thème complètement absent du film, même si probablement dans toutes les têtes à sa sortie en 2004) lors d’un dialogue de réconciliation entre Ben Affleck et sa fille semble pour le moins hasardeux. Heureusement, une très belle photographie rattrape tout ça, et c’est normal, c’est quand même rien de moins que Vilmos Zsigmond qui officie !

 

Résumé

Si vous n'avez rien contre Ben Affleck, et si vous n'attendez pas la Lune mais simplement une comédie romantique réussie, libérée, et un peu plus profonde que le tout venant, alors Père et fille de Kevin Smith vous fera passer un bon moment.

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Lecteurs

(0.0)

Votre note ?

commentaires
corleone
24/08/2018 à 01:21

Je rate jamais une occasion de revoir ce film même si je chiale à chaque fois. L'un des films les plus émouvants de la décennie 2000.

Hank Hulé
23/08/2018 à 22:17

J ai chougné.

Lino Cassinat - Rédaction
22/06/2018 à 12:52

@Draven et Hectow

Alors, la discussion est ouverte hein, mais à mon sens Chasing Amy est par son ton et son histoire plus proche du drame romantique que de la comédie romantique.
Après, ces deux termes sont devenus super galvaudés, mais c'est vraiment une histoire d'ambiance dégagée : Chasing Amy prend ses problèmes avec gravité, là où Jersey Girl invite beaucoup plus à la distance.
Bref, pour le dire super vite, Chasing Amy est un peu trop sérieux (même si il a ses moments de droleries) et pas assez positif (cf les fins des deux films) à mon sens pour rentrer vraiment dans la catégorie comédie romantique.

Kouak
22/06/2018 à 11:48

Pas de soucis...
je n'ai pas facebook...
Z'ont qu'a donner des titres différents aussi...;)

Geoffrey Crété - Rédaction
22/06/2018 à 09:56

@Kouak

On le sait oui. On l'a d'ailleurs clairement assumé sur le post Facebook avec humour.

"Ce soir du Cherie25 passe Père et fille avec Russell Crowe. SAUF QU'ON S'EST TROMPÉS et qu'on a revu Père et Fille avec Ben Affleck ????
Voici la critique quand même mais du coup vous pouvez pas la voir, dommage parce que c'est super et que Kevin Smith sort des sentiers battus de la comédie romantique avec brio"

Kouak
22/06/2018 à 09:11

@la rédac
Bonjour,
si vous vouliez relater le film passé hier soir sur "Chérie 25", désolé, mais ce n'est pas le bon...
Le "Pére et fille" d'hier est celui de Gabriele Muccino (2015) avec Russel Crowe, Amanda Seyfried, Diane Kruger etc...

corleone
22/06/2018 à 00:04

Ce film est l'un des rares films de Ben Affleck que j'ai vraiment aimé, ainsi je le recommande chaudement aux grands sentimentaux refoulés comme moi. Une vraie salve d'emotions, la petite est juste géniale dans son rôle et Let my love open the door de Pete Townsend(qui est dans mon top 5 des meilleurs sons d'amour de tous les temps) en générique de fin me trouble à chaque fois. Excellent film familial.

Draven
21/06/2018 à 19:32

Exact, Chasing Amy est une autre comédie romantique de Kevin Smith, et peut-être son meilleur film en plus.
Sinon, en poussant un peu, Mallrats a aussi des atours de rom-com.

Hectow
21/06/2018 à 18:37

"Chasing Amy" est aussi une comédie romantique...

votre commentaire