Charlie Sheen viré de "Mon oncle Charlie"

Tonton BDM | 9 mars 2011
Tonton BDM | 9 mars 2011

On l'a appris avant-hier, et ça nous a foutu un choc. Un tel choc que certains rédacteurs  d'ecranlarge sont restés dans un état catatonique toute la journée d'hier. La triste nouvelle est donc tombée de la bouche des exécutifs de Warner : Charlie Sheen vient de se faire virer de la série Mon oncle Charlie. L'acteur, qui avait déjà créé une sorte de mélange de série et de blog sur le Net intitulé Sheen's Korner (2 épisodes à ce jour), a déclaré, stoïque :

« En voila une bonne nouvelle. » 

La suite de ses déclarations marque les limites de la traduction, et peut-être tout simplement les limites de la langue française, qui se heurtent à la nouvelle langue que l'acteur est en train de créer (non mais quand même, quel génie ce type). En gros, il est content, parce qu'il n'aura plus à croiser whatsisdick * [Chuck Lorre] et qu'il ne « devra plus porter ces stupides chemises tant que ce sorcier sera dans la dimension terrestre ».

On ne sait pour l'instant pas réellement si la série créée par Chuck Lorre va survivre au départ de Charlie. Qu'on l'aime ou pas, Charlie Sheen est vraiment en train de créer quelque-chose, ou du moins de remuer la merde à Hollywood : pour encourager l'acteur (dans sa folie ?) ou tout simplement lui apporter du soutien dans cette épreuve, on vous invite à le rejoindre sur son compte twitter (dejà plus de 2,1 millions d'abonnés, dont 200.000 après l'annonce de son licenciement par Warner).

* whatsisdick : voila une expression intéressante. En fait, on dit plutôt whatsisnuts ou whatsisface, et cela désigne généralement une personne dont on ne se rappelle plus le nom, et qu'on pourrait traduire par « comment qu'il s'appelle », « l'autre, là », « machin », ou « machin-chose ». Ici,  étant donné la dimension potache du  néologisme utilisé par Charlie, je proposerais par exemple « machin mes couilles ».

 

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Vous aimerez aussi

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire