Van Helsing Saison 1 Episode 1 : Critique édentée

Christophe Foltzer | 27 septembre 2016 - MAJ : 09/03/2021 15:58
3
Photo Affiche Van Helsing

Si SyFy avait déjà tenté de damer le pion à Walking Dead avec Z Nation, produit par les tarés de The Asylum, voilà que la chaine appelle des renforts pour remporter la bataille.  Pas sûr que ça suffise cependant. Attention SPOILERS.

Le monde de 2019 craint un max et ça n'a rien à voir avec l'accession possible au pouvoir de Donald Trump. Non, en réalité, la planète est sous la coupe de vampires sanguinaires qui ont obscuris le ciel et sont apparus en 2016 (mais.... C'est cette année !) lors de ce qui a été appelé l'Emergence. Résultat, les humains survivants vivent retranchés dans des abris de fortune en comptant les secondes qui leur restent à vivre.

 

Affiche

 

Le soldat Axel a, quant à lui, une mission bien particulière qui est de veiller une mystérieuse jeune femme endormie dans un hôpital de Seattle, en compagnie d'un docteur transformé en vampire qu'il maintient dans une cage et qu'il nourrit quotidiennement avec un peu de son sang. L'arrivée inopinée d'un de ses collègues après plus de six mois d'absence en compagnie d'un groupe de survivants va semer le trouble, d'autant que quelqu'un laisse entrer une meute de vampires. Mais la belle se réveille, flingue à tout va avant d'avouer qu'elle ne se rappelle de rien, mis à part son prénom : Vanessa.

 

Photo Van Helsing

 

Dotée de pouvoir surnaturels de régénération et d'une force incroyable, elle ignore tout de la situation du monde ni pourquoi elle a été endormie et encore moins pourquoi elle a ces capacités extraordinaires. Elle souhaite simplement partir de l'abri et retrouver sa fille. Après que le collègue ait révélé sa nature de traitre, les choses sont un peu tendues entre Vanessa et Axel. Jusqu'à ce qu'un des vampires qui avait attaqué l'abri ne revienne à la vie, à nouveau humain. Il n'en revient pas, c'est après avoir mordu Vanessa que la transformation s'est opérée.

 

30 JOURS D'ENNUI

On n'attendait pas grand chose de cette nouvelle itération autour du vampire, et nous sommes quand même déçus. Il faut le faire ! L'épisode pilote se traine et il ne faut attendre que la seconde partie de ces 40 très laborieuses minutes pour y trouver un quelconque intérêt. Si l'on pardonnera sans problème l'étroitesse du budget au regard des ambitions post-apocalyptiques du projet qui limite forcément les moyens et nous donne à manger des incrustations pas vraiment convaincantes, nous serons par contre intraitables en ce qui concerne le scénario et les personnages.

 

Photo Van Helsing

 

Dès le départ, Van Helsing affiche son ambition de concurrencer Walking Dead et l'axe choisi de la fin du monde n'y est pas étranger. Pourtant, quoi que l'on puisse reprocher à la série d'AMC, il y a quand même au minimum des personnages. Là, nous n'avons affaire qu'à des archétypes : la fille mystérieuse, le militaire intransigeant, le sale traitre, le black courageux, le sourd qui en sait plus qu'il n'y paraît, bref, du déjà-vu, du gros réchauffé. Le problème n'est pas tant le manque de nouveauté de l'ensemble mais bien le premier degré avec lequel l'ensemble est traité. On a plus l'impression de voir se dérouler sous nos yeux une fan-fiction mal maitrisée qu'un vrai travail de professionnel.

A ce titre, la subtilité avec laquelle est traitée le personnage-titre transpire jusque dans son nom : Vanessa Helsing... VANessa HELSING... VAN HELSING. Chapeau bas.

 

DRACULA, MORT ET HEUREUX DE L'ETRE

Si l'idée de base n'est pas mauvaise, nous n'avons pas grand chose à nous mettre sous la dent dans ce premier épisode. L'intrigue tire en longueur, peu aidé il est vrai par une ambiance toute en désaturation des plus clichées, une mise en scène peu inspirée, un rythme lancinant qui pousse au sommeil et des acteurs très peu convaincants. Faire de la fille de Van Helsing une super-héroïne aurait pu fonctionner, encore faut-il nous expliquer comment tout cela va se rattacher au mythe de Dracula...

 

Affiche 

En effet, de ce que l'on a pu en voir, l'intrigue semble totalement déconnectée du mythe de Bram Stoker et il aurait sans doute été préférable de ne pas l'inscrire dans cet univers. Mais cela aurait été moins vendeur du coup, et on n'aurait probablement pas parlé de la série. Fans de vampires et du mythe de Dracula, passez votre chemin. Fans de Walking Dead, jetez un oeil pour patienter jusqu'au début de la saison 7 mais vous rirez aux éclats. Parce que voir des vampires se comporter comme des zombies, il fallait oser.

 

Opportuniste en diable et cynique comme c'est pas permis, Van Helsing a tout de la mauvaise idée uniquement là pour capitaliser sur un effet de mode. Avec ses acteurs peu inspirés, ses personnages aux fraises et l'ensemble qui transpire la fainéantise et la facilité, il n'est pas dit que la série laisse son empreinte dans le genre. Et c'est tant mieux.

 

Photo

 

photos associées

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
commentaires lecteurs votre commentaire !
mikegyver
28/09/2016 à 17:29

je confirme Maided !!

j'ai cru m'etre trompé en voyant le debut de l'episode 2 ! je me suis "merde j'ai inversé les episodes"

en fait non, donc en plus de toutes les tares deja-cités, on rajoutera un montage bordelique pour finir le travail !!

ca sent le cheap a chaque scene, tout est filmé dans des locaux sombres, et mal joués ! mention speciale aux 2 "chefs vampires", bref c'est loupé.

je vais encore mater pour kelly overton, si jamais elle se balade en marcel, j'aime beaucoup la plastique de l'actrice, vu dans tekken , mais bon ca fait leger pour une serie quoi :)

Dirty Harry
28/09/2016 à 15:47

Girlwashing + mythe original complètement passé à la trappe + plaire aux fans de fantastique = grosse soupe avariée encore à coté de la plaque tellement ça sent le brainstorming de marketeux voulant tout sacrifier sur l'autel de la mode.

Maided
27/09/2016 à 14:22

Chose curieuse, le deuxième épisode fait très épisode pilote, on y plus les enjeux (avec Dimitri, espèce de Dracula de série Z) que dans le premier épisode (qui du coup passe plus un ep. 2).

Ceci dit, le deuxième épisode n'est guère mieux que le premier, tout en clichés, beaucoup trop de plans sans un dialogue ou rien ne se passe vraiment, travellings saccadés (je ne parle pas d'image qui saccade à cause d'un mauvais débit hein, non non je parle bien de manière de filmer).

Bref pas terrible autant niveau acteurs, que scénario ou autre, rien ne marche là dedans....

votre commentaire