GTA Online : test et verdict

Simon Riaux | 9 octobre 2013
Simon Riaux | 9 octobre 2013

Grand Theft Auto online est un vieux fantasme de joueur. Quiconque a une expérience personnelle de l'affrontement ou de la coopération en ligne, doublée d'un passif violent dans les rues Liberty City, Vice City ou Los Santos s'est déjà pris à rêver guérilla urbaine, car jacking sauvage ou fusillade improvisée. Rien d'étonnant donc à ce que l'annonce de GTA online il y a quelques semaines par Rockstar ait fait turbiner la boîte à rêves comme jamais. Après une mise en ligne chaotique, pour ne pas dire catastrophique, quelques premiers pas douloureux, le mode tant attendu est enfin là. L'occasion de se pencher sur une potentielle révolution, qui aura d'ores et déjà fait signer beaucoup d'encre et pleurer bien des yeux.

 

Tout commence lors de la sempiternelle création de personnage. À noter une nouveauté pas franchement anodine, puisque égalité des sexe oblige, rien en vous interdira de créer un avatar féminin. Pour la première fois, il sera donc possible de jouer à Grand Theft Auto sous les traits d'une donzelle, affriolante ou non, habillée en gourgandine ou en caillera vénère. Rockstar a souhaité faire dans l'original : ici, impossible de paramétrer à l'envi celui que l'on incarne, il ne sera possible de définir que ses antécédents, lesquels influeront d'eux-mêmes sur l'apparence et les particularités du dit personnage. Frustrant, étonnant mais au final très sympathique, le système permet de jolies surprises, et aussi un relatif lâcher prise.

Sitôt votre damoiseau ou demoiselle créé, vous découvrirez Los Santos sous un nouveau jour, au cour d'une première course en forme de tutoriel. Puis, ce sera le grand bain. La ville est identique au mode offline, à l'exception de seize petits points blancs qui la parcourent aussi librement que vous, non il ne s'agit pas de points d'acné, quoi qu'ils puissent vous causer autant de malheurs. C'est qu'on ne s'écharpe pas que lors des missions dans GTA online... Toute rencontre avec un adversaire peut s'avérer létale, pour peu que le joueur ait envie de jouer de la gâchette et soit mieux armé que vous, ou pire, qu'il soit au volant d'une grosse cylindrée et vous à pied. Que cela soit dit, n'attendez ni sympathie ni pitié des joueurs, l'immense majorité de ceux que nous avons rencontrés jusqu'à présent étaient de vils massacreurs...

 

Très rapidement, vous aurez à participer à moult activités, pour vous divertir mais surtout amasser le plus d'argent possible, en vue d'acheter d'innombrables denrées. C'est qu'il y a de quoi consommer dans GTA online ! Une quantité de vêtements non négligeables, en passant par les coupes de cheveux, tatouages, sans oublier la personnalisation délirante des armes, l'achat et customisation de véhicules, en passant par les multiples investissements immobiliers que indispensables à votre sécurité comme votre progression dans les hautes sphères de la criminalité, voilà tout ce qui vous fera baver à chaque coin de rue.

Heureusement, le soft a prévu pour contenter votre insatiable soif de dollars une quantité invraisemblable d'activités. Deathmatch, Extermination, courses à bord de tout ce qui roule, flotte ou vole, base jump, triathlon, casses, capture the flag, missions classiques (en solo ou coop), il y en a d'ores et déjà pour tous les gouts, sachant que l'auteur de ces lignes est encore très loin d'avoir atteint un niveau lui permettant d'avoir fait le tour des réjouissances proposées. Notons que cette variété a le bon goût d'utiliser les ressources de la map, et de nous permettre d'en tirer vraiment parti, contrairement au jeu solo, qui nous laissait parfois avec une impression de vide frustrante. Ainsi, les étendues de nature, certes détaillées, ou les nombreuses structures que le scénario ne prenait pas la peine d'arpenter trouvent enfin une utilité, mieux, une âme.

Tout n'est pas rose pour autant. En effet, si les conditions de jeux se sont nettement améliorées ces derniers jours, Rockstar a encore de nombreux défis à relever. Car à l'heure actuelle, difficile de ne pas pester devant des chargements intempestifs, de longues séances de pause, dès lors qu'une activité doit être paramétrée ou que son hôte désire attendre des participants supplémentaires. On voit mal comment Rockstar pourra faire disparaître certaines latences incompréhensibles, on espère néanmoins que les très nombreux bugs et autres lags seront très rapidement corrigés.

GTA online devra aussi améliorer et clarifier son système de progression. En effet, rares sont les missions à vous rapporter plus de 2 000 dollars. Voilà qui ne serait pas un problème si vous ne deviez pas continuellement racheter des munitions, et surtout, si la mort n'était pas sanctionnée financièrement. Il n'est pas rare hélas, de découvrir qu'une mission vous aura ainsi plus coûté que rapporté, pour cause de décès prématuré. Sans compter que votre mort ne vous sera pas facturée dans toutes les activités (le jeu est très flou sur ce point), ce qui interdit ou limite la capacité du joueur à anticiper les risques. Il suffira ainsi qu'un plaisantin ait la vilaine manie de vous massacrer plusieurs fois de suite pour que vous perdiez ainsi les économies accumulées durant les dernières heures. Heureusement, Rockstar a prévu un mode passif, susceptible de vous protéger des interactions meurtrières. Mais on aurait préféré pouvoir participer joyeusement aux joutes improvisées, quitte à ce que l'addition en soit peut-être moins salée.

À l'heure actuelle, les micro-paiements sont encore indisponibles, ce qui est une très bonne chose et évite ainsi des gap de progressions trop injustifiés. Car si c'est votre niveau, celui de votre crew ou vos points de réputation qui vont vous permettre d'obtenir certaines gratifications et des missions plus intéressantes, c'est bien l'argent qui vous permettra d'acheter les propriétés où préparer les casses, les munitions pour massacrer dans la joie et la bonne humeur, ou les bolides qui vous précipiteront sur le podium de votre course préférée. Sans compter qu'il est possible désormais de mettre la tête d'un joueur à prix, possibilité délirante et géniale, si tant est qu'elle ne mette pas les participants à la merci du premier ado prêt à claquer en micro-transactions les thunes de ses géniteurs.On craint donc raisonnablement que l'arrivée de l'argent réel (voué à vous fournir in game une carte bleue bourrée à craquer de pognal) ne vienne court-circuiter nombre de participants, ou pire créé un plafond de verre qui interdise de profiter pleinement de l'expérience.

 

En l'état, GTA online est une expérience empreinte de folie, diablement ludique et variée, qui répond assez généreusement à nos attentes. La plupart des désagréments et frustrations qui l'accompagnent sont tributaires du jeu en ligne en tant que tel, et ne sauraient pour l'instant être mis sur le dos de Rockstar. Ce dernier doit désormais veiller sur son bébé comme le lait sur le feu. Car il n'en faudra pas beaucoup pour venir ternir une expérience où progression cheatée, difficulté artificielle et supériorité financière accompagneraient irrémédiablement une expérience par ailleurs traversée de véritables coups de maîtres. Espérons enfin que la variété des missions et autres défis, ainsi que leur ambition, continuera de nous impressionner et de faire de ce GTA online ce qu'il est en passe de devenir : une forme d'art euphorisante et enragée, un bac à sable miné et dangereux.

 

 

 

 

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire