Days Gone : échec critique, suite annulée... que s'est-il passé chez Sony ?

JL Techer | 12 janvier 2022
JL Techer | 12 janvier 2022

Ruinée par la critique, l'exclu PS Days Gone a pourtant trouvé son public. Mais Sony a décidé de ne jamais donner de suite au jeu. Chronique d'un échec.

Cinq années de travail acharné et 100 millions de dollars de budget n'auront pas suffi à Bend's Studio (Syphon Filter) pour faire de leur jeu AAA post-apocalyptique un succès. C'est en tout cas le point de vue de Sony sur la question délicate de l'exclusivité PlayStation Days Gone. Avis qui découle en partie de la réception du titre par la presse, qui a mis à mal le soft, rabrouant ce monde ouvert et le mettant face à ses multiples défauts, dont un manque d'identité propre et une recette déjà usée jusqu'à la corde.

Sorti en juillet 2019, le jeu a été reçu à grands coups de critiques assassines dans le fondement de l'open-world et atteignit péniblement le score de 71/100 sur Metacritic. Loin d'être la révolution annoncée ni d'être à la hauteur de l'apocalypse zombie promise, le titre avait grandement déçu, y compris au sein de la rédaction. Dans notre critique de Days Gone, nous avions qualifié le jeu de "beaucoup trop gentillet qui donne la sensation d'avoir été assemblé à la va-vite, sans direction claire, et sans les moyens de ses ambitions profondes".

 

Days Gone : photoKaraté Champ version Zombis

 

Un avis largement partagé par la critique, quasi unanime quant au fait que ce titre, fils bâtard de Walking Dead et de Sons of Anarchy, ne méritait que peu de louanges. Morceaux choisis : 

"Days Gone souffre de trop nombreux problèmes pour être qualifié de bon jeu. Entre ses multiples chargements qui cassent le rythme, ses missions peu inspirées, son bestiaire léger et l'I.A. pas très futée, il s'avère difficile de faire preuve de clémence à son encontre." GameBlog

"Agglomérat d’influences diverses qui constituent les roulettes de son vélo, l’aventure de Deacon St. John manque de finition, de rythme, mais aussi de grands moments." GameKult

"Quel dommage. C'est State of Decay sans les enjeux, The Last of Us sans les talents de conteur de Naughty Dog, et le jeu en monde ouvert le plus générique et le plus long qui soit." EDGE Magazine n°333

 

Days Gone : photoDeacon fuyant la horde des critiques

 

Apocalypse of déjà-vu

Consécutivement à cet échec critique, Sony décida rapidement de clore le dossier Days Gone, et renonçait à produire quelque suite que ce soit au titre. Au grand dam du studio Bend, qui espérait transformer l'essai, inaugurer une nouvelle saga, et pouvoir exploiter son monde zombiesque sur plusieurs opus. Rappelons également qu'il est de notoriété publique que de très nombreux éditeurs offrent des primes substantielles aux développeurs si leurs jeux atteignent un certain seuil sur Metacritic. 

Le cap d'obtention pour ces primes est souvent soumis à un minimum de 85 ou 90/100 sur l'agrégateur de notes. Le score très en deçà de ce seuil obtenu par Days Gone a donc dû impacter financièrement l'équipe de développement. La déception de Sony fut donc doublée d'une forte amertume des développeurs, sans doute renforcée par l'absence de bonus venant récompenser les heures de crunch passées sur l'élaboration de ce AAA.

 

Days Gone : photoLa solitude du développeur

 

Et pourtant, le titre a su trouver son public, déjouant toutes les prédictions de la presse et de Sony. Alors que les boss de PlayStation encensaient Ghost of Tsushima début 2022 pour avoir passé la barre des huit millions de vente, Jeff Ross, réalisateur de Days Gone, sortait du bois sur Twitter, pour tirer à boulets rouges sur Sony : 

"Lorsque j’ai quitté Sony, Days Gone était sorti depuis un an et demi (et un mois) et il s'était vendu à plus de 8 millions d'exemplaires. Depuis, il s'est vendu encore davantage, et on peut aussi rajouter au moins un million de ventes sur Steam. La direction du studio locale nous a toujours fait sentir que c'était une grosse déception."

Particulièrement amer que Sony ait annulé tout projet de suite, Jeff Ross a révélé lors d'une interview donnée au magazine For the Win, qu'une suite lui aurait permis de "créer la version définitive" de son concept. Dans son esprit, Days Gone avait tout pour devenir une trilogie. Selon lui, ce premier épisode ne devait que jeter des bases, qui auraient été largement développées par ses suites. 

 

Days Gone : photo"Tu vas arrêter de parler de Ghost of Tsushima !"

 

Le réalisateur prend pour exemple Horizon Forbidden West, qui va voir son monde enrichi de sections sous-marines qui n'existaient pas dans sa première itération. Dans une hypothétique suite de Days Gone, le héros aurait pu nager librement dans tous les points d'eau. Chouette. Mais Bend Studio souhaitait surtout revoir à la hausse ses ambitions narratives, surtout en ce qui concerne les relations entre Deacon et ses proches. 

De même, il était prévu d'accroitre les possibilités d'approche face à une situation donnée, en donnant aux joueurs plus de versatilités dans la furtivité ou dans les approches frontales. L'envie créative derrière cette fantomatique suite aurait été de rendre la saga bien plus "épique" que ce qu'elle devait être au départ.

Outre ses envies de Days Gone 2, Jeff Ross revient sur les raisons de l'échec de son jeu. Selon lui, Sony est responsable du naufrage critique du titre. La firme aurait abandonné le projet d'une série de jeu dans cet univers post-apo principalement par manque de vision créative. Les postes de directeurs créatifs chez PlayStation ayant été remplacés par un "comité créatif", cela aurait freiné les possibilités d'évolution artistique. 

 

Days Gone : photoMétaphore subtile de la relation entre Bend et Sony

 

Le grand méchant Sony

Pour Ross, il est nécessaire d'avoir un créatif, une seule personne avec une vision particulière d'un projet afin d'y imprégner sa personnalité et de donner une direction au jeu. Ce dernier soutient que le comité créatif fonctionnant comme une démocratie miniature, cela aurait eu pour conséquence de brider toute idée originale. Et c'est ce même comité qui aurait mis à mort toute possibilité de suite pour Days Gone. Un argument qui peut s'entendre, mais largement remis en cause face à la réussite critique et public de Ghost of Tsushima, élaboré sous ce même comité.

Au-delà des raisons de l'abandon d'une suite, et des raisons de la colère de Jeff Ross, Days Gone est devenu pour beaucoup de gamers un symbole de l'opposition entre la presse et le public. Si Metacritic affiche à peine plus de 71/100 de moyenne, les avis des joueurs montrent un fier 8,4/10. Un score a pondéré malgré tout, car les fans ont tendance à abuser des notes extrêmes 0/10 ou 10/10 pour exprimer de manière extrême leurs opinions, bonnes ou mauvaises.

 

Days Gone : photo"Prends ça critique de mes deux !"

 

Ceci dit, les chiffres sont là, et le titre de Bend Studio aurait bel et bien touché neuf millions de joueurs sur PlayStation et PC. Les critiques se seraient-ils tous trompés ? Question piège sans réponse possible. Le fait est que la grande majorité des joueurs cherchent avant tout à passer un bon moment, sans rechercher pour autant la perle rare, ou l'ultime expérience vidéoludique. Un bon divertissement, et l'affaire est dans le sac tout le monde est content. 

Or, pour la presse, la somme des variables à prendre en compte rend l'exercice de la notation complexe. Outre le fait de devoir décomposer et analyser le jeu, le critique prendra en compte le paysage vidéoludique, et jugera le jeu à l'aune de sa propre logithèque, souvent bien plus conséquente que celle du public. La surcouche de réflexion biaiserait-elle le plaisir de jeu ? Vaste sujet (4 heures et une copie double minimum).

 

Days Gone : photoDays Gone veut un câlin

 

Quant à la question "tel jeu est-il bon ou mauvais ?" impossible d'y répondre binairement en attribuant un 0 ou un 10/10, ce qui met d'office en porte à faux vis-à-vis des avis tranchés, positifs ou négatifs. Reste que si Sony préfère prendre en compte un score vert sur Metacritic plutôt que les chiffres de ventes, c'est avant tout pour entretenir sa politique de "jeux de prestige" servant de vitrine à sa marque. Ce qui n'a pourtant pas empêché Days Gone de vivre sa vie (de mort-vivant donc, quelle ironie). 

Si les critiques ont peut-être tissé la corde de Days Gone, c'est bel et bien Sony qui la lui a passée autour du cou, mettant au passage un terme aux espoirs de suite pour Bend Studio, mais aussi à toute possibilité de retour pour les franchises du studio telles que Resistance ou Syphon Filter.

Tout savoir sur Days Gone

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Dutch
20/01/2022 à 00:45

Deacon est le personnage le plus beauf de l'histoire du jeu vidéo, qui lui n'est même n'est qu'un open world ultra classique avec des idées volées à TWD, Sons of Anarchy, The Last of us...

Geoffrey Crété - Rédaction
14/01/2022 à 10:37

@Beati-mortui57

Et franchement tout le monde s'en fout de justifier ma note sur jeu. Je me suis pris une avalanche d'insultes à l'époque, rien de spécial à signaler, j'assume trouver ça archi basique et vide, et j'assume le mauvais goût de mon collègue Simon. On fait avec.

Simon Riaux - Rédaction
14/01/2022 à 10:30

@Beati-mortui57

Non seulement on n'a jamais rien dit de tel, mais essayer de contrer un supposé cliché avec une avalanche d'autres, c'est périlleux comme argumentation.

Je vous l'écris d'autant plus volontiers que je fais partie des rares êtres supérieurs à avoir pris mon pied avec Days Gone.

Beati-mortui57
14/01/2022 à 09:55

Quand on lit les commentaires on voit bien que les joueurs voient au delà de juste "passer un bon moment" et pas uniquement sur cet article. Faut arrêter de les rabaisser en faisant croire qu'ils sont neuneu par rapport à la presse dite "spécialisée" dont certains pondent un test sans toucher à un jeu. Cet article ressemble plus à une justification sur la note que vous avez donné.

Laboube@live.fr
13/01/2022 à 16:36

Moi jeu fini à 97 % plus mission disponible pas moyen de trouver la dernier abandonné le jeu mes effectivement banal toujours la même chose

BZH Punisher
13/01/2022 à 13:02

c'est dommage car moi j'ai adoré ce jeu.

Oznes
13/01/2022 à 12:35

Un jeu avec une histoire complète,un temps de jeu incroyable,pour ma part sur PS4 pro aucun bug ,une expérience post apocalyptique des plus réaliste et des plus atypiquement aborder avec ce côté bikers ,le must comme jeu post apo ,car au final ,étant fervant joueur de DYING LIGHT,retombe les pieds sur terre avec dans gone et les accesoire du monde réel,ce jeu est plus dans le réalisme ,que ce soit l'histoire,et le sens des idée des perso ,que le monde et ces réaction ,je recommande

Mike13
13/01/2022 à 11:29

J'ai pas aimé du tout ... Scénario basique et plat ... Une IA qui tout sauf l'air d'être intelligente ... Des chargements à tout va... Bref j'ai vite arrêté d'y jouer ... Et dans les 9millions de ventes faut prendre en compte tout ceux qui l'ont acheté comme moi en espérant voir ce qu'on nous avait promis , et qui au final n'ont pas fini le jeu car trop déçu...

Berserkovore
13/01/2022 à 02:24

S'il était sorti 8, 9 mois plus tard avec la même finition qu'il a aujourd'hui une fois patché, ses notes auraient sans doute été bien meilleures et l'Histoire bien différente. Quelle tristesse ! Pour moi il reste un des meilleurs de cette gen et l'abandon des suites restera une plaie béante dans ma vie de gamer, à ranger au côté de l'absence de suite de Deus Ex : Mankind Divided et le passage de Bayonetta sur les consoles Nintendo...

Metuxla
12/01/2022 à 17:18

Je suis dessus sur ps5, c'est beau ça passe le temps mais il y a quand même beaucoup de lacunes et notamment une IA la ramasse et un manque d'originalité.

Plus
votre commentaire