Chloë Sevigny

Vincent Julé | 25 avril 2007
Vincent Julé | 25 avril 2007

L’actrice Chloë Sevigny est devenue une habituée du festival de Cannes. De Dogville à Demonlover en passant par Lying l’année dernière, elle n’a jamais rechignée à montrer sa frimousse pour le meilleur, mais aussi pour le pire, comme en 2003 avec le polémique et « fellationnel » The Brown Bunny. Cette 60ème édition devrait être plus calme, puisque si elle grimpe les marches, c’est pour Zodiac de David Fincher.

 

Votre dernière visite sur la Croisette remonte à 2003 avec le sulfureux film de Vincent Gallo, The Brown Bunny. Un long-métrage qui a créé le scandale, alors même qu'il était en compétition.
Je pense que le festival aime les controverses. Il cherche la polémique, le scandale, car cela permet de faire parler de lui, d'attirer les regards et de ramener du monde. Il ne faut pas oublier qu'il est essentiellement question d'argent et de publicité.

 

Quelle est alors pour vous la frontière entre le cinéma traditionnel et le porno ?
Je n'ai pas réellement de point de vue sur la question. Je ne regarde personnellement pas de films X, ils n'ont pas d'intérêts pour moi. Pas d'histoire, pas de personnages...

 

 

Depuis Kids, vous êtes devenue film après film une icône de la mode, du cinéma underground... comment est-ce arrivé ?
A vrai dire, je ne sais pas. J'ai en fait beaucoup d'amis qui travaillent dans différents magazines et ils m'ont célébré avant tout comme amie. Puis une chose en entraînant une autre...

 

En parlant d'une autre icône, que pensez-vous de Paris Hilton ?
Il n'y a rien d'intéressant à dire sur elle. Je l'ai déjà rencontré, c'est une gentille personne, mais c'est toute l'industrie du showbiz qui l'a faite comme elle est.

 

Et en tant qu'être humain ?
Je ne pourrais dire. La rencontre a été très brève, au détour d'un casting, je ne lui ai même pas parlé.

 

 

Vous ne faites pas beaucoup de casting.
En effet, je n'en fais pas, parce que je n'en ai pas besoin. Je ne fais pas ce métier pour l'argent. Je quitte New York pour L.A. peut-être tous les six mois, ce pour quelques jours.

 

Parce que j'ai lu qu'un jour vous aviez eu une offre pour une grosse comédie.
C'est vrai, mais je ne me rappelle plus exactement le nom, c'était il y a plusieurs années. D'ailleurs, je ne sais même pas qui m'a remplacé.

 


 

Et y a-t-il des réalisateurs précis avec lesquels vous aimeriez travailler ?
Il y en a beaucoup, et la plupart viennent du cinéma indépendant. Sinon, je pense aux frères Coen par exemple.

 

Quelques mots sinon sur Zodiac ?
J'ai un petit rôle. Je joue la petite amie du héros, un journaliste interprété par Jake Gyllenhaal qui enquête sur l'affaire du serial-killer. Le film est vraiment sur lui, les policiers et Robert Downey Jr. Mais il est aussi beaucoup question des répercussions de l'affaire sur les hommes, leurs familles dans le cercle de leur vie privée. Mais je n'ai tourné que dix jours sur plus de trois mois de tournage.

 

Propos recueillis en mai 2006 par Vincent Julé

Autoportraits de Chloë Sevigny

 


 

 

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire