Films

Le Roi Arthur : pourquoi ce péplum WTF est encore cool

Par La Rédaction
11 juillet 2020
MAJ : 21 mai 2024
9 commentaires

Le Roi Arthur est encore dans les mémoires malgré ses critiques négatives. Mais alors, pourquoi le film reste-t-il si curieusement cool ?

Affiche officielle

Plus de 15 ans après sa sortie, Le Roi Arthur d’Antoine Fuqua est encore dans les mémoires. Un constat qui pourra étonner, le film n’ayant pas fait de ravages au box-office et ayant été éreinté par la critique. Mais alors, pourquoi le film reste-t-il si curieusement cool ?   Le premier péplum qui se termine sur une free party   NOT YOUR REGULAR ARTHUR  Historiens, amateurs ou connaisseurs de la légende arthurienne comme de la décadence de l’Empire romain n’ont pas manqué de le souligner, le blockbuster produit par Jerry Bruckheimer traite son sujet avec le sérieux d’un vétérinaire manchot disséquant un castor lapon. Armures, armes, postures, décors, rien ne colle à la période où se déroule les évènements du film. Il en va de même pour la mise en contexte de ce dernier, pas franchement en phase avec les soubresauts romains de l’époque, tandis que le portrait fait des différents peuples évoque plus un pastiche d’Astérix sous stéroïdes qu’une reconstitution sérieuse.  Il n’empêche, Le Roi Arthur a pour lui un ingrédient plutôt intéressant, ou à tout le moins singulier : rares sont les œuvres à tenter de réconcilier légende arthurienne et contexte historique, fut-il simplifié. En effet, en assumant de faire du fondateur de Camelot un soldat de Rome bientôt renégat, amené à unifier, un peu malgré lui, un territoire menacé par le retrait de l’Empire, le blockbuster a participé au renouvellement de la figure du personnage auprès du grand public.    "Bon, mais c'est quand qu'on rentre à Winterfell ?"   On pouvait craindre que ce changement affaiblisse l’image ou l’aura du mythe, mais au contraire, le situant au confluent de plusieurs images du 7e Art, allant de la fantasy au péplum, Fuqua a, peut-être malgré lui, contribué à une autre image du souverain. De même, le travail de l’image n’est pas anodin dans l’aura de l’œuvre. Censé se dérouler alors que l’hiver s’abat sur les personnages, le film a été tourné durant l’été, en Irlande, alors sous le coup d’une canicule historique. Une situation qui a nécessité un travail massif sur le tournage, pour contrôler la photo, mais aussi une post-production intense, à l’étalonnage complexe.   D’où une image qui tranche avec les styles des Alexandre, Kingdom of Heaven et autres Troie, tous plus ou moins inspirés par le travail effectué par Ridley Scott sur Gladiator. Le rendu est sans doute plus artificiel, mais il est aussi plus vif, coloré, comme si le film luttait perpétuellement avec sa nature de fresque historique, pour menacer à chaque instant de virer dans le pulp fantasmagorique.    On relance d'un Mads Mikkelsen   FAUT QUE ÇA CHARCLE  Le réalisateur de Training Day, Les Larmes du soleil, La Chute de la Maison Blanche ou encore Equalizer n’est pas connu pour son sens de la mesure ni son amour de la subtilité. Le présent film ne fait pas exception à la règle, tant le metteur en scène saisit la moindre opportunité de nous refiler une scène de baston de derrière les fagots. Qu’importe que son récit ne le justi...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Rédacteurs :
Tout savoir sur Le Roi Arthur
Abonnez-vous à notre youtube
Pictogramme étoile pour les abonnés aux contenus premium de EcranLarge Vous n'êtes pas d'accord avec nous ? Raison de plus pour vous abonner !
Soutenir la liberté critique
Vous aimerez aussi
Commentaires
guest
9 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Flash

pour ma part, je ne l’ai pas trouvé terrible ce film, tous les acteurs tirent la gueule, globalement ça se laisse suivre, mais bon, c’est du Fuqua donc vite oubliable

JamesCr

Je me souviens que Keira Knightley était un poil ronchon car sur les affiches, on lui avait photoshoppé des seins alors qu’elle n’en a pas ou peu.
On la comprend !

Numberz

Je pense que vous le mentionnez dans l’article, mais la musique de Zimmer y est aussi pour beaucoup. Le thème all of them est hyper puissant.
Et voir Nightwish en concert à l’époque de Once avec cette intro, boudu…

ragnagnas

le film est resté dans les mémoires !!?,…..Heu , dans quelles mémoires ??

Abibak

C’est sûr que comparé au Arthur de ritchie, il n’est pas mal. Il faut croire qu’adapter les légendes arthurienne n’est pas évident. Peut de film s’en sorte bien… pourtant il y a matière à en faire un truc entre seigneur des anneaux et games of thrones.