Chappie : critique robocopée

Jacques-Henry Poucave | 8 mars 2015 - MAJ : 09/03/2021 15:58
Jacques-Henry Poucave | 8 mars 2015 - MAJ : 09/03/2021 15:58

Précédé par une campagne promotionnelle schizophrène, qui présentait le film alternativement comme une fable de SF et un film d'action bourrin, tout en demandant à son réalisateur de faire amende honorable pour un Elysium perçu par une grande partie de la critique comme raté, Chappie est arrivé en salles sans crier gare. La presse tenue à l'écart de la nouvelle réalisation de Neill Blomkamp, cette dernière a logiquement accueilli le métrage avec méfiance. À raison ?

Les motifs pour taper aveuglément sur Chappie ne manquent pas, tant son réalisateur paraît tendre la joue à ses adversaires. Le récit accumule en effet les maladresses avec une régularité gênante. Discours social naïf, voire franchement benêt, caméos embarrassants, caractérisation des personnages parfois stupide (entre le pacifiste ahuri et le vilain soldat catho, les motifs d'agacement pleuvent), le scénario semble systématiquement trop ambitieux pour celui qui le met en image.

 

 

Photo Dev Patel

 

Et que dire du cœur du récit, à savoir les questions d'intelligence artificielle, que l'intrigue met en avant mais ne sait jamais traiter ? Chappie semble évoluer non pas selon son propre cheminement, mais d'une manière tristement mécanique, afin de combler les lacunes du script. Intelligence artificielle ? Conscience artificielle ? Libre-arbitre ? Blomkamp agite manifestement des concepts sur lesquels il a bien du mal à développer un point de vue autre que celui du fan-boy gorgé de références.

 

 

Photo Hugh Jackman

 

Et pourtant Chappie est loin d'être le ratage redouté. Tout simplement parce que son metteur en scène, s'il échoue une fois de plus à atteindre l'excellence à laquelle il prétend, demeure un conteur d'exception. Grâce à une direction artistique toujours aussi aboutie, une gestion de l'espace extrêmement rigoureuse dans ses scènes d'action et un montage solide, impossible de ne pas être happé par cette fable maladroite mais volontaire.

 

Enfin, Chappie retrouve la hargne jouissive des scènes d'action de District 9. Plaisir simple mais rare pour qui n'oublie pas que la science-fiction est un genre aussi réflexif que potentiellement jouissif et jubilatoire. Espérons simplement qu'à l'avenir, Neill Blomkamp assume pleinement sa dimension d'entertainer accompli, domaine où il excelle et nous réjouit.

 

Affiche fr

 

Résumé

Maladroit dans son récit, inabouti dans ses thématiques, Chappie demeure un divertissement plaisant et un film d'action enlevé.

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Lecteurs

(3.6)

Votre note ?

commentaires
Zanta
07/06/2015 à 00:11

L'avantage d'arriver après le très mauvais Elysium, c'est qu'on attend plus grand chose du réal.
Et c'est sans doute le meilleur état d'esprit pour approcher cet objet cinématographique assez foutraque, mais attachant, (contrairement à son prédécesseur).
Le film - de 2 heures, pourtant - semble tout survoler, bâcler, même les thématiques les plus angoissantes et prometteuses abordées, générant une frustration qui ne fait que s'accentuer durant un troisième acte riche en rebondissements et potentielles implications.
Mais le tout tient la route, car emballé avec du rythme, masquant les incohérences du scénario, et les raccourcis souvent honteux. Blomkamp a tiré une leçon du boursouflé et fatalement contemplatif Elysium, et semble avoir fini par comprendre qu'il était un conteur trop approximatif.
Ce qu'il rappelle d'ailleurs via certaines bizarreries... comme celle de la gestion de son casting :
Les stars sont sous-exploitées, ce qui est très dommageable, concernant Dev Patel, tant la relation de son personnage avec le robot éponyme est crucial à la portée émotionnelle du récit.
Tandis que du côté des freaks interprétés par le duo de rappeurs sud-africains Die Antword,, l'interprétation n'est vraiment pas à la hauteur, ce qui est d'autant plus regrettable que ce sont les seuls personnages humains qui échappent à une écriture superficielle.
C'est bien le côté bricolage de l'ensemble qui permet d'atténuer la prétention naturelle du projet, mais qui le ramène incidemment vers une naïveté pas si éloignée de celle du pauvre robot éponyme.
Une stratégie qui finit bien sûr par poser problème.
Ainsi, la fin fait froid dans le dos avant même d'arriver au dernier plan.
Mais le scénariste/réalisateur s'en est il seulement rendu compte ?
Le fait d'avoir un studio indépendant plutôt habitué aux projets originaux derrière ne semble toujours pas suffire à le cadrer, qui semble seul aux manettes de son joujou...
Peter Jackson semble avoir bien été crucial à la brillante réussite de District 9.

Jimmy76
29/05/2015 à 18:09

Un bon film, j'aime beaucoup se que neill blomkamp peut faire en film, la ou les autres suive les même codes pour leur film, il n'a pas peur de faire se qu'il aime. Chappie et un personnage attachant, naif qui ne comprend pas tous, mais il en devient émouvant. Vraiment un bon film.

Shreck
10/03/2015 à 16:45

Très bon film. Au début on craint un peu de se retrouver devant un mélange de Robocop et District 9, puis l'apparition de Chappie fait basculer le film dans quelque chose de complètement différent. Yo-Landi et Ninja apportent une touche de folie, et forment avec Chappie et Amerika une famille déglinguée et réjouissante. L'autodérision de Jackman fait plaisir à voir (cf. la scène où il utilise son "ED-209"), même si le personnage de l'ancien-commando-psychorigide-envoyé-à-la-poursuite-du-héros-par-un-groupe-industriel-carnassier commence à lasser car déjà présent dans District 9 ET Elysium (et on peut légitimement s'attendre à en trouver un nouvel avatar dans Alien 5, qui bossera pour Weyland Industries ou autre).
Bref, un film qui ne surprend pas autant que District 9, mais qui sait divertir et émouvoir.

Kamitora
10/03/2015 à 15:48

Je ne sais pas si on peut dire que ce film est un hommage à Die antwoord vu qu'apparemment, Ninja a été odieux pendant tout le tournage et que Blomkamp a déclaré qu'il ne voulait plus jamais se retrouver dans la même pièce que lui..

Charles
10/03/2015 à 09:13

Bon je vais mettre 5 étoiles parce que la ... Le film est un hommage à Die Antwoord quand même , alors oui forcément on va détester le film si on aime pas leur personnages (et leur musique) mais pour moi le film c'est ça , c'est créer un contexte de science fiction pour rendre réel des personnages créer dans un but artistique ( à oui parce que yo-landi et ninja à la base forme un groupe qui s'appelle Die antwoord et c'est leur musique qu'on entend durant tous le film) Le film est maitrisé techniquement , Chappie est surement l'un des robots les plus attachant que j'ai pu voir au cinéma avec Wall-E , certes le film est naif mais c'est parce qu'il est le reflet de son personnage , coquille vide qui apprend la vie . Les acteurs sont tous très bon , Jackman a une sacré dose d'humour pour osé se rendre ridicule comme ça ... Bref les défauts du films pour certains seront les qualités pour d'autres . Mais de la à dire comme seule critique " ce film est nulle , vraiment nulle" (je garde la faute d'accord volontairement) je trouve ça assez lamentable ...

Sephiroth
09/03/2015 à 17:33

J'ai pas encore vu Chappie mais Elysium était déjà relativement décevant par rapport a l'excellent Disctrict 9. Va falloir qu'il soit plus rigoureux dans son traitement thématique, j'avais trouvé Elysium incroyablement niais par exemple, et ceux malgres une direction artistique et un univers intéressants, mais bon sa ne sauve pas le film qui reste médiocre. Pas très encourageant pour son futur Alien 5.

Bolderiz
09/03/2015 à 15:05

Pas vu le film mais déjà 2 points négatifs pour le vendre: l'affiche, hideuse et directement sortie des 80's et le titre, ok c'est son nom, mais ça fait un mix entre film pour enfants et bouffe pour chat...

rexgr
09/03/2015 à 10:46

salut


j'ai aimé District 9,elysium
mais la ce film est nulle,mais vraiment nulle

Hasgarn
08/03/2015 à 17:32

Loin du ratage annoncé, le film est naïf, tendre et spectaculaire. Structuré comme un conte de fée où la fée est un Gepetto geek et Pinocchio un enfant caractériel et surdoué, Chappie souffle sa naïveté avec une honnêteté confondante. Chappie découvre la vie avec des parents plutôt spéciaux. SAuf qu'il ne ment pas, on lui ment en permanence. A l'heure ou le manichéisme est un défaut, Blomkamp y va de bon cœur et avec fraîcheur. Moins secoué de la camera, il n'y a pas une seule seconde de temps mort et de raté visuel. Une maîtrise bluffante. Le film s'octroie en plus le luxe d'être extrêmement drôle ("il a volé la caisse à Papa !").

L'histoire est en tout cas plus robuste qu'Elysium. Mais ça y est, on perçoit enfin les scories de Blomkamp. Rien de rédhibitoire pour moi ^^

Xav
08/03/2015 à 15:09

Il manque peut être un Peter Jackson derrière pour une meilleure cohésion du film...

Plus
votre commentaire