Films

Critique : #Chef

Par Simon Riaux
27 octobre 2014
MAJ : 20 octobre 2018
0 commentaire

Avec son personnage de Grand Chef en pleine crise existentielle, qui veut en remontrer à la profession comme aux critiques, le #Chef de Jon Favreau a tout du personnage récurrent mi-looser mi-winner qu’affectionne une certaine comédie américaine. Sauf que dans le cas présent, le récit est largement autobiographique.

default_large

Ici acteur, réalisateur et producteur, Favreau est lui également passé des fourneaux artisanaux (Smog, Made) à la cuisine industrielle (Iron Man 2, Cowboys et envahisseurs), pour en ressortir rincé par la critique et essoré par un métier impitoyable. On craignait donc que son nouveau film ne se transforme en règlement de compte avec une industrie qui l’a passé par pertes et profits.

Et si #Chef est en effet une addition salée présentée par son auteur au système qui l’a façonné, le film a le bon goût de ne pas épargner Favreau lui-même. En se présentant sous les traits d’un fou furieux parfaitement incapable de se remettre en question (dans un premier temps) ou de comprendre ses erreurs, le metteur en scène amorce son auto-critique avec une belle sincérité.

Dès lors le film peut fonctionner pour ce qu’il est au premier degré, à savoir une énième success story sur fond de dépassement de soi, plutôt au-dessus de la moyenne. C’est que ce bon Jon, s’il n’est décidément plus le commis inventif de ses débuts, sait encore monter une très belle sauce.

Rédacteurs :
Résumé

En revenant à une économie plus modeste, le réalisateur prouve qu'il maîtrise son sujet mais surtout qu'il peut encore faire preuve d'une surprenante humilité.

Tout savoir sur #Chef
Rejoignez la communauté pngwing.com
Pictogramme étoile pour les abonnés aux contenus premium de EcranLarge Vous n'êtes pas d'accord avec nous ? Raison de plus pour vous abonner !
Soutenir la liberté critique
Vous aimerez aussi
Commentaires
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires