Films

The Place Beyond the Pines : critique

Par Melissa Blanco
20 mars 2013
MAJ : 2 mai 2022
0 commentaire

Le nouveau film du réalisateur de Blue Valentine.

Photo Ryan Gosling

Cet endroit derrière les pins, c’est Schenectady, petite ville de l’État de New York où Luke (Ryan Gosling), motard acrobatique de profession, et sa foire itinérante se sont arrêtés pour quelques représentations. Durant ce bref séjour, il y croise Romina (Eva Mendes), ancienne conquête d’un soir et désormais mère d’un fils dont il ignorait jusqu’alors l’existence. Se découvrant subitement père, difficile alors pour l’homme sans attache de quitter les lieux, se muant en braqueur afin de subvenir aux besoins de sa nouvelle famille. Jusqu’à ce qu’il croise la route d’Avery (Bradley Cooper), jeune policier dévoué à sa fonction.

 

Photo Ryan Gosling

 

Dans la lignée du cinéma de Jeff Nichols, le cinéaste Derek Cianfrance filme de nouveau une certaine Amérique: celle des middle-class, des pères absents et des mères-courage. Après la dissection morbide du couple dans Blue Valentine, place au mélodrame romanesque sur la filiation et le poids de l’héritage. Sous la forme d’un récit feuilletonnant, The Place Beyond the Pines suit de façon un peu sinueuse la trajectoire de deux hommes dont la rencontre, aussi fulgurante que brutale, redéfinira l’existence et celle de leurs progénitures. 

Refusant une totale linéarité narrative, le film étonne par ses ruptures de ton et de récit, étirant son intrigue intimiste sur plusieurs générations. Et si le procédé donne parfois l’impression d’un éparpillement, c’est que The Place Beyond the Pines n’est pas ce que l’on pourrait qualifier un film aimable. Il est au contraire rugueux et âpre, à l’image de ses personnages.

 

Photo Bradley Cooper

 

Jouant de la récente aura de Ryan Gosling, Derek Cianfrance fait de Luke un cousin éloigné du Motorcycle Boy de Rusty James avec lequel The Place Beyond the Pines partage la noirceur et la mélancolie. Le cheveux péroxydé et le corps couvert de tatouage, il est un bandit au grand coeur, dévalisant les banques non par envie mais par nécessité. Face à lui, Avery, flic moyen et mari médiocre, rêvant lui aussi d’un avenir plus grand. Mais peut-on vraiment s’en sortir à Schenectady ? En déployant son action sur une vingtaine d’années, le film se pose petit à petit la question du fatalisme social et familial. Les enfants sont-ils voués à répéter les erreurs de leurs parents ? Par son rythme lancinant et son refus de l’action, The Place Beyond the Pines impose peu à peu un spleen enivrant dont il est difficile de se défaire. Un crève-coeur délicat et sensible.

 

Affiche

Rédacteurs :
Résumé
Tout savoir sur The Place Beyond the Pines
Suivez-nous sur google news
Pictogramme étoile pour les abonnés aux contenus premium de EcranLarge Vous n'êtes pas d'accord avec nous ? Raison de plus pour vous abonner !
Soutenir la liberté critique
Vous aimerez aussi
Commentaires
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires