Critique : Les Paradis artificiels

Sandy Gillet | 30 octobre 2012
Sandy Gillet | 30 octobre 2012

Ne pas se fier à l'affiche qui pourrait faire croire à un reboot alternatif d'Avatar. En lieu et place de quoi on a droit à un film qui se veut la radiographie d'une jeunesse brésilienne issue de la classe moyenne en mal de repères et à la recherche de sensations fortes. Entre trafic, consommation en tous genres et passage de frontières en faisant le mulet, le premier long de fiction réalisé par le producteur de Tropa de Elite n'évite en fait aucun écueil du « genre ». Quand en plus on ne nous épargne pas la classique photo ultra stylisée et la bande son techno hype censée faire « djeune », on peut dès lors affirmer que Les paradis artificiels ne cherche pas aller plus loin que ce que son titre veut bien laisser entendre.

Soit une réalisation ici engluée dans une mise en situation ostentatoire et par trop racoleuse pour être crédible. Soit là une histoire dont on se fout un peu et par trop alambiquée dans sa construction temporelle pour que l'on ait envie de s'y raccrocher. Soit surtout une indolence générale qui frise la faute de goût criminelle au regard du sujet traité. Loin de nous l'idée de porter un jugement moral du genre « la drogue c'est mal », mais on ne peut s'empêcher de penser que le film de Marcos Prado avec ses ambiances bleutées et ses séquences de défonce en forme d'ersatz du film des Doors de Stone nous invitent à sauter le pas. Certes la tragédie n'est pas loin mais celle-ci est tellement cinégénique que « hell yeah, why not ! ».

Ceci dit pourquoi pas. Mais ce n'est clairement pas le  propos de Marcos Prado qui on le sent bien veut asséner tout le contraire via des tentatives pathétiques à coup de plans qui tombent à l'eau et de dialogues, oui, artificiels. Peu de choses à sauver donc sinon des jeunes acteurs et actrices « on the edge », beaux comme des dieux et au jeu d'un naturel confondant. C'est peu et en tout cas insuffisant pour aller plus loin que de se gausser de l'affiche dans le hall du cinéma en prenant sa place pour un autre film.  

Résumé

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Lecteurs

(0.0)

Votre note ?

commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire