Critique : Annalisa

Par Melissa Blanco
1 août 2012
MAJ : 7 octobre 2018
0 commentaire

Adapté du livre Il Paese delle Spose Infelici de Mario Desiati, Annalisa s'apparente à première vue à une énième initiation adolescente. Il y a effectivement de cela dans le premier film de fiction du documentariste Pippo Mezzapesa. C'est l'été dans le sud de l'Italie. Veleno (« Poison »), fils de bourgeois, se lie d'amitié avec Zazà, petite frappe des quartiers populaires et star de l'équipe de football locale. En échos à la chaleur de la saison, les corps se dénudent et les adolescents découvrent les joies et peines des premiers émois. Veleno et Zazà vont tomber sous le charme d'une mystérieuse créature, une jeune femme mélancolique et suicidaire. Du haut du toit de l'église où elle s'apprête à sauter, dans sa robe blanche vaporeuse, elle apparaît aux yeux des jeunes garçons comme une figure christique. Une madone pour laquelle ils développent une véritable fascination.

Amitiés masculines, peur de l'avenir, premiers amours et conflits de générations, Annalisa n'apporte rien de nouveau au portrait adolescent. C'est que son intérêt est ailleurs. Comme ses deux héros, le réalisateur se prend d'émerveillement pour son personnage féminin, tel le petit garçon d'Amarcord. Le film surprend ainsi par ses accents féliniens, dans cette façon d'esquisser le croquis d'une femme inaccessible, entre madone et putain. Idolatrée par les plus jeunes (son visage remplace celui de la vierge Marie dans le vestiaire du stade de foot), fille facile pour les plus âgées, Annalisa est l'objet de toutes les affections, souvent les plus déplacées. Qu'elle accepte ou non de se laisser toucher. Et si sa dernière chance n'était pas justement dans les bras de ces deux adolescents ?

On pense un peu à Jules et Jim dans ce triangle amico-amoureux. Paradoxalement à la fois anecdotique et étonnant, Annalisa finit doucement par charmer par la fragilité de son personnage féminin, incarné par la belle Aylin Prandi. 

Rédacteurs :
Résumé
Rejoignez la communauté pngwing.com
Pictogramme étoile pour les abonnés aux contenus premium de EcranLarge Vous n'êtes pas d'accord avec nous ? Raison de plus pour vous abonner !
Soutenir la liberté critique
Vous aimerez aussi
Commentaires
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires