Critique : Opération Libertad

Par Stéphane Argentin
27 mai 2012
MAJ : 16 septembre 2018
0 commentaire

Le Projet Blair Witch n'a décidément pas fini de faire des ravages dans le monde du cinéma. Depuis 1999 et son énorme succès (budget : 60 000 dollars / recettes mondiales en salles : 250 millions de dollars), on ne compte plus le nombre de films de monstres (Cloverfield), expédition lunaire (Apollo 18) et autres possessions démoniaques (la saga des Paranormal activity) basés sur le concept du « found footage », des bandes vidéo amateur extirpées de leurs cartons plusieurs années après.

C'est au tour des révolutionnaires de s'y mettre à présent avec Opération libertad ou l'histoire d'un groupuscule dans la mouvance des célèbres Brigades rouges qui va sévir dans une banque helvétique à la fin des années 70. Le propos politique de ce film français s'inscrit dans le contexte électoral de 2012 (la fin des privilèges sociaux) mais bien vite l'opération en question se grippe, la joyeuse bande d'apprentis Che Guevara se retrouvant avec un otage grièvement blessé sur les bras. Comme ses prédécesseurs, c'est alors tout le concept d'un tel film qui montre ses limites : comment s'en sortir et tenir jusqu'au bout ? Et comme ses prédécesseurs, il n'y a plus qu'à attendre (comprendre par là « s'emmerder poliment ») jusqu'à la fin.

Rédacteurs :
Résumé
Suivez-nous sur google news
Pictogramme étoile pour les abonnés aux contenus premium de EcranLarge Vous n'êtes pas d'accord avec nous ? Raison de plus pour vous abonner !
Soutenir la liberté critique
Vous aimerez aussi
Commentaires
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires