Critique : La Machine à démonter le temps

Par Laurent Pécha
5 octobre 2010
MAJ : 25 février 2020
0 commentaire

Est-il étonnant en 2010 de se voir se pointer en sortie presque technique un film qui rend un hommage appuyé à tout un pan de la culture des 80's ? Le revival, ça peut être un business lucratif mais lorsqu'il est, comme ici, juste utilisé en forme d'hommage, cela n'intéresse déjà plus grand monde. Destiné avant tout à ceux qui ont bien dépassé leurs 30 ans, La Machine à démonter le temps (titre VF assez fendard et représentatif du projet) joue la carte du film de potes partis dans une bringue d'enfer (ça, c'est pour le côté très hype depuis un certain Very bad trip) assorti de gags qui ne font jamais dans la demi-mesure.

Avec ses côtés de Retour vers le futur du pauvre, le récit fait monter doucement mais sûrement la sauce, pose les jalons d'une intrigue qui promet des rebondissements réjouissants. Malheureusement, le film n'emboîte jamais le pas des trublions qu'il met en vedette. Il y a un décalage un peu frustrant entre les actions déjantées du quatuor et le résultat obtenu, bien moins exaltant. Un peu comme si la montagne accouchait systématiquement d'une souris. En ça, La Machine à démonter le temps est totalement un film estampillé années 2000 où le formatage et la prévisibilité règnent en maître. Sûr que John Cusack (ce mec traverse le temps avec une insouciance jubilatoire) et sa bande de potes auraient eu l'occasion de mettre vraiment le feu au village à une autre époque.

Rédacteurs :
Résumé
Abonnez-vous à notre youtube
Pictogramme étoile pour les abonnés aux contenus premium de EcranLarge Vous n'êtes pas d'accord avec nous ? Raison de plus pour vous abonner !
Soutenir la liberté critique
Vous aimerez aussi
Commentaires
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires