All the Boys Love Mandy Lane : Critique

Ilan Ferry | 2 août 2010
Ilan Ferry | 2 août 2010

Mandy Lane est une fille parfaite : elle boit pas, elle fume pas, elle se drogue pas, elle baise pas (cherchez l'erreur !). Pas étonnant que tous les garçons fantasment sur cette beauté virginale, aussi mystérieuse qu'insaisissable. Tandis que la belle Mandy fait tourner les têtes, un mystérieux tueur décide, pour sa part, de les faire tomber au cours d'un week-end avant tout placé sous le signe de la fumette et de l'usage effréné de capotes ! Ne vous fiez pas aux apparences : sous couvert de slasher pour ados décérébrés, le film de Jonathan Levine cache un thriller ciselé et désespéré au dessus duquel plane inlassablement le spectre de Columbine. A mi chemin entre Elephant et Scream, All the boys love Mandy Lane dresse un portrait sans fard du spleen adolescent. Si de prime abord, le film use et abuse des clichés inhérents au genre c'est pour mieux les détourner et les distiller au sein d'une forme et d'un fond à la fois proches et extrêmement éloignés du tout venant en matière de teen movie.

 

 

Ainsi, à la manière du terrifiant Wolf Creek, Levine prend son temps pour dessiner ses personnages au cours d'une première partie bucolique où la beauté des paysages fait écho à la mélancolie d'une bande son judicieusement choisie. Le calme avant une tempête ravageuse. Dès lors, le ton se fait plus grave, et ce qui prenait des airs de mauvaise pub pour Levi's dérive bien vite vers le jeu de massacre à la violence sèche et frontale. Ici, ce n'est pas tant l'aspect whodunit (volontairement éventé) qui prédomine que la profonde tristesse qui s'en dégage. Aussi bien les victimes que le tueur appellent à une réelle empathie, transformant le métrage en conte cruel de la jeunesse. Inattendu, All the boys love Mandy Lane s'éloigne des sentiers battus mais peu agacer dans sa propension à vouloir jouer au plus malin. Un film à double tranchant donc mais qui aurait toutefois mérité une sortie française là où d'autres productions plus aseptisées se frayent aisément un chemin vers nos salles.

 

Résumé

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Lecteurs

(0.0)

Votre note ?

commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire