Critique : Trahison

Jean-Noël Nicolau | 3 février 2009
Jean-Noël Nicolau | 3 février 2009

Deux films cohabitent tant bien que mal au sein de Trahison : un suspens politique et psychologique adoptant le point de vue des musulmans et une enquête policière pépère sensée rassurer le public américain. Ainsi, tout ce qui concerne les tourments moraux de Don Cheadle et la préparation d'un attentat de grande envergure sur le territoire des Etats-Unis s'avère passionnant. L'acteur, aussi producteur, conçoit le film comme un défi personnel et il est en cela parfaitement secondé par Saïd Taghmaoui, irréprochable dans le rôle du bon soldat aveuglé par sa lutte.

 

Malheureusement, en parallèle, on n'échappe pas à une course-poursuite avec deux bons flics un peu paumés. Ces agents du FBI mènent leur enquête avec  toujours un temps de retard, à la fois sur le personnage incarné par Cheadle, mais aussi sur le spectateur qui a tout compris (ou presque) dès les premières scènes. Guy Pearce a beau serrer très fort la mâchoire, Trahison se retrouve torpillé dans son rythme par cet ajout maladroit.

 

Mais ledit sujet est suffisamment audacieux et ambigu pour séduire et survivre aux passages obligés. Croyant fervent, le « traître » agit néanmoins avec nuances et réflexion. Certes, il y a un côté film à thèse très appuyé, qui veut nous rappeler que : « non, non, non, tous les musulmans ne sont pas des fanatiques terroristes » et même ceux qui tombent dans la violence ne sont pas forcément « mauvais ». C'est sans doute une œuvre essentiellement adressée au public américain. Mais elle n'en est pas moins universelle en ces temps de peur parfois aveugle. C'est aussi une nouvelle occasion pour Don Cheadle de prouver qu'il est un acteur de premier plan.

Résumé

Lecteurs

(0.0)

Votre note ?

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire