Funny games U.S. : Critique

Jonatan Fischer | 19 avril 2008
Jonatan Fischer | 19 avril 2008

Pourquoi ? La question est inévitable à la vision de cette version US de Funny Games, oeuvre barbare et assumée, qui a marqué toute une génération de cinéphiles lors de sa sortie en 1998. Dix ans plus tard, Michael Haneke se lance dans son propre remake, avec un casting américain glamourisé (il faudrait être aveugle pour ne pas remarquer que Naomi Watts est une déesse à côté de Susanne Lothar) et nous refait presque plan par plan le même film.

Autant dire que pour tous ceux qui auront vu le premier opus, le jeu est nettement moins fun : on connaît les règles, les procédés et le dénouement. Avoir vu Funny Games est donc un véritable handicap qui prive le spectateur de tout suspense et de tout enjeu, si ce n’est le fait d’attendre (avec de moins en moins d’espoir) un petit changement face au projet initial. Le casting se donne pourtant à 200% mais rien n’y fait : l’air de déjà vu réduit leurs prestations à de simples performances, comme on les prise tant à Hollywood.

 

 

Alors diable, pourquoi ce remake ? L’envie de faire voir ce film au plus grand nombre d’américains, trop flemmards pour regarder des œuvres en VOST ? Une démarche juste égocentrique et intéressée ?

 

Ne condamnons pas cette transposition américaine trop vite, il y a bien des ambitions ; celle, notamment, de s’adresser frontalement au cinéma américain qui a usé et abusé de la violence comme objet de divertissement. Funny Games US, comme son grand frère, pointe ainsi les désirs sado-masochistes du spectateur, son rapport à l’image et les réactions paradoxales qu’elles peuvent générer. Et avec Naomi Watts dans le rôle d’une gentille housewive à la blondeur parfaite, Haneke détruit non seulement le cinéma violemment pop corn, mais fait aussi et surtout exploser le fantasme de la famille américaine standard telle qu’elle nous a été exhibée depuis des décennies.

 

Résumé

Pour les petits veinards qui n’auraient pas vu l’original, le film risque fortement d’être une formidable claque, une œuvre incisive qui les marquera sans doute à jamais. Malgré des intentions floues un bon film donc, de préférence destiné aux non initiés.

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Lecteurs

(0.0)

Votre note ?

commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire