Critique : Welcome Europa

Par Lucile Bellan
28 janvier 2008
MAJ : 1 octobre 2018
0 commentaire

Film de la fuite et de la désillusion, Welcome Europa est un documentaire ambigu qui suit huit immigrés lors de leur arrivée en Europe, cet eldorado. Irréprochable et implacable, le film dresse le portrait du miroir aux alouettes, de cette obligation de partir d'un enfer qu'ils ne connaissent que trop bien pour un autre, inconnu et idéalisé en paradis, où le travail et l'argent couleraient à flots. Le réalisateur Bruno Elmer pose un constat accablant à la fois pour le pays d'origine, que ce soit le Maroc ou la Roumanie, que pour celui de la destination, l'Espagne, la France ou l'Angleterre.

Des pays, pourtant riches, où les centres d'accueil ont des airs de prison, où la drogue et sa facilité sont à tous les coins de rues et où les seules issues restent le vol ou la prostitution. Dans le regard de ces hommes, ne subsistent alors que la désillusion, le désespoir et la honte. Une honte qui les empêche bien souvent de rentrer au pays, et de retrouver une famille qu'ils n'arrivent pas faire vivre. Ils errent donc de destination en destination, tombant dans une dépression bien légitime et fuyant ainsi d'un rêve déçu à l'autre, de Paris à Amsterdam ou de Calais à Londres.

Malheureusement, le propos, assez inédit, tombe vite à force de démonstration dans la répétition. Des choix de réalisation et de musique, tape-à-l'œil et donc contestables, sont aussi à déplorer mais il n'en reste pas moins que la phrase de fin tombe comme un couperet. Il s'agit de la phrase d'un immigré kurde pour résumer et conclure son périple : « pour que certains restent en vie, d'autres doivent mourir ». Et là, loin d'une question de forme(s) et presque de cinéma, seuls subsistent ces hommes, leur destin et l'horreur du quotidien à notre porte.

Rédacteurs :
Résumé
Rejoignez la communauté pngwing.com
Pictogramme étoile pour les abonnés aux contenus premium de EcranLarge Vous n'êtes pas d'accord avec nous ? Raison de plus pour vous abonner !
Soutenir la liberté critique
Vous aimerez aussi
Commentaires
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires