Critique : Quadrille

Nicolas Thys | 3 décembre 2007
Nicolas Thys | 3 décembre 2007

Adaptation réussie de la pièce du même nom Quadrille porte le vaudeville dans ses derniers retranchements avec un quiproquo audacieux dont l'exagération initiale est très vite compensée par d'excellents dialogues et le jeu expansif habituel et habile de Guitry qui s'amuse à agencer l'un des doubles adultères les plus célèbres du théâtre.

Le cinéaste joue ici à plusieurs reprises avec les codes du cinéma et du théâtre, les confondants dans le générique où acteurs et techniciens se préparent à entrer en scène, répétant quelques pas, se maquillant, etc. Guitry filme les coulisses mais une fois les premières images lancées sur lesquelles un aéroport apparait l'espace scénique semble bien loin. Mais il s'amuse également à passer d'un genre à l'autre en opposant quelques longues scènes de dialogues peu montée, à hauteur d'acteur, à un brusque travelling qui revêt alors un aspect particulièrement étrange et rêveur.

Rien n'effraie le cinéaste qui s'amuse de tout et surtout de l'artifice des situations cocasses qu'il révèle sans cesse pour mieux faire rire et, comme à son habitude, se moquer des jeux amoureux et des comportements des maris, femmes, maîtresses et amants qui ne peuvent tenir en place. La séquence du suicide de Gaby Morlay, partagée entre confort perdu et aventures impossibles, est particulièrement splendide. Sur fond d'humour noir les relations se font et se défont et l'effet comique et vengeur en est décuplé.

Résumé

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Lecteurs

(0.0)

Votre note ?

commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire