Critique : Les Rois du patin

Laurent Pécha | 9 avril 2007
Laurent Pécha | 9 avril 2007

Qu’il soit un elfe, un journaliste, un coureur automobile et maintenant une star du patinage artistique, Will Ferrell est un véritable caméléon et surtout une bête de scène capable de rendre drôle tout type de situation. Si le comédien est une immense star aux USA, pour preuve le carton actuel des Rois du patin après celui énorme l’an dernier de Ricky Bobby, il continue de passer incognito chez nous. Peut être que la donne changera quelque peu avec ce dernier opus et son histoire plus « européenne » (le patinage artistique nous étant plus familier que les courses de Nascar). C’est tout le mal que l’on souhaite à cet ouragan comique même si son Blades of glory ne possède pas la même folie que ses précédents films.

Abandonné ici par toute sa famille comique (seul Luke Wilson fait un discret caméo), Will Ferrell tente de transcender un récit ayant tendance à rester sur les rails ultra balisés du film de sport (échec, remise en cause, entraînement puis reconquête). Comme le bonhomme est imprévisible et qu’il a trouvé un partenaire idéal en Jon Heder (une gueule encore méconnue sauf pour les fans hardcore de Napoléon dynamite), les occasions de rire restent nombreuses. Les séquences de patinage sont ainsi des moments désopilants où les excentricités et mimiques des deux acteurs atteignent des sommets. Sûr qu’après Les Rois du patin, on regardera la discipline d’un autre œil !

Moins hilarant qu’un Anchorman ou un Ricky Bobby, Blades of glory n’en est pas moins une nouvelle étape importante dans l’ascension vers les sommets de la renommée pour Will Ferrell. Confirmation en France en octobre prochain ?       

Résumé

Lecteurs

(0.0)

Votre note ?

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire