Les Sept samouraïs : critique 7eme art

Jean-Noël Nicolau | 3 septembre 2017 - MAJ : 10/09/2018 23:01
Jean-Noël Nicolau | 3 septembre 2017 - MAJ : 10/09/2018 23:01

Peu de films dans l'histoire du cinéma se sont révélés aussi célébrés et influents que Les Sept samouraïs d'Akira Kurosawa. Mais une fois dépassée l'aura de « chef-d'œoeuvre absolu intouchable », le monument retrouve ses attraits de film de genre, aussi imposants que directement divertissants.

AVENGERS 1954

Archétype de tous les récits de mercenaires (qu'ils soient sept ou davantage) qui ont suivi depuis sa sortie, la fable d'Akira Kurosawa repose, somme toute, sur des bases très classiques, voire assez minces. Des faibles sont en danger et vont chercher secours auprès de plus forts qui vont s'unir malgré leurs différences, pour donner une bonne leçon aux oppresseurs. Ce résumé pourrait tout aussi bien s'appliquer à Aliens qu'à 1001 Pattes, tous plus ou moins redevables au marbre taillé par le réalisateur japonais. Non, Akira Kurosawa n'a pas inventé cette trame avec ses samouraïs, avant lui il y avait eu plus d'un western et plus d'un film de guerre portés par des caractères bourrus, épiques et attachants.

 

Epique

 

SENSEI

Kurosawa ne crée peut-être pas tout, mais il magnifie, il imprime pour l'éternité des concepts et des figures qu'on ne peut que connaître, même sans avoir vu Les Sept samouraïs. Du chien fou au taciturne, du gouailleur au grand seigneur, les protagonistes incontournables du cinéma populaire se croisent ici, mais au rythme kurosawien, en prenant le temps de se présenter et de nous laisser nous imprégner de leurs âmes et de leurs mystères. Cependant nous sommes assez loin des oeœuvres les plus contemplatives du maître, car entre humour et péripéties, Les Sept samouraïs parvient à ne jamais ennuyer au fil de ses plus de 3 heures. Ce genre de constat s'applique si généralement aux blockbusters les plus réussis (rares et précieux), que l'on en vient encore à souligner combien Les Sept samouraïs est devenu l'idéal du divertissement cinématographique, la perfection à atteindre.

 

Avertissement : dans ce film il pleut beaucoup

 

Nous avons tous notre samouraï « favori » (il change parfois d'une vision à l'autre) et au moins une raison d'aimer ce film avec passion. Tout ce que l'on peut apprécier du cinéma d'Akira Kurosawa est présent ici : des scènes de groupe virtuoses aux batailles chorégraphiées, en passant par les drames humains dont les évolutions psychologiques se déroulent en temps réel sous nos yeux. Et, bien sûr, il y a l'incroyable dénouement sous des trombes d'eau, tour de force artistique unique qui demeure, encore de nos jours, l'une des plus impressionnantes et mémorables séquences de l'histoire du cinéma.

 

 

Résumé

A genoux, main sur le coeur pour Les Sept samouraïs d'Akira Kurosawa : chef d'oeuvre.

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Lecteurs

(5.0)

Votre note ?

commentaires
dams50
04/09/2018 à 20:53

Même Wes Anderson y est allé de sa petite référence en illustrant l'une des scènes de "l'île aux chiens" avec le thème musical principal des "7 samurais" de Kurosawa.

Bah sinon, Kurosawa, c'est énorme : on pourrait citer Ran, Kagemusha, Le château de l'araignée (une espèce de transposition de Hamlet transposé dans le Japon médiéval).
Mais aussi Dersou Ourzala, Dreams (film à sketchs), madadayo! (Je suis encore là!).
Et Rashômon bien sûr (ou comme le disait Obi-Wan "la vérité dépend d'abord de notre point de vue") qui lui aussi d'ailleurs faisait l'objet d'une petite dédicace dans un film de Jim Jarmusch (je vous laisse deviner lequel).

Andarioch
04/09/2018 à 15:12

Du coup l'homme des hautes plaines, sans être un remake, est plus fidèle que les 7 mercenaires. On pourrait presque même le prendre pour une suite.

TheMoon
04/09/2018 à 15:05

@Virage,

je pensais que je n'avais pas saisi le message de Kurosawa. Mais c'est bien la conclusion que j'ai retenue.

Une conclusion brutale...

Adam
04/09/2018 à 14:11

@slaine tant de clémence et d'ouverture d'esprit font plaisir surtout qu'un coup de katana c’est plus rapide qu'une lapidation.
Je ne sais pas si c'est grace à kurosawa mais si oui, j'adore la partie de l'histoire qui consistent à réunir un groupe de persos aux facultés différentes que ce soient en film, en comics, en manga ou en roman

sayuk: yes! je ne suis pas tout seul

Saiyuk
04/09/2018 à 12:28

On est d'accord chef d'oeuvre intemporel, mais de la a négliger le film avec Yul Bruner et Steve Macqueen... Remake certes, mais putain de film quand même.

slaine
04/09/2018 à 11:20

@Adam

On va éviter les cailloux car chacun a le droit de s'exprimer...un coup de katana suffira!!

SLAINE
04/09/2018 à 11:15

Un chef d’œuvre tout simplement..un des films qui m'a fait aimer le cinéma..

Toto
04/09/2018 à 11:01

Et le film Vivre de Kurosawa, magnifique, bien plus beau que les 7 samouraïs selon moi.

Andarioch
04/09/2018 à 09:40

Vu sur mon magnétoscope ('tain, même le nom fait vieux) le 12 juillet 1998, en opposition avec un programme télé qui ne me faisait pas envie. Je renâclais un peu face à un cinéma japonais qui ordinairement ne me parlait guère. Et puis la claque, la révélation. L'impression étrange qu'il avait fallu un maître nippon pour pondre, dans son pays, le plus grand western hollywoodien.

Virage
04/09/2018 à 09:37

l'un des aspects incroyable du film (par rapport aux différents remakes américains) est le traitement des paysans! Ils sont ignares, grossiers, méprisables et absolument pas reconnaissants envers nos 7 samouraïs!
Il est donc bon de rappeler la conclusion du film :
'Ces paysans ne méritaient pas le sacrifice de ces Samouraïs, c'était une erreur de leur venir en aide et il aurait mieux fallu les laisser se faire massacrer" (oui, aussi incroyable soit-il, c'est bel et bien par cette conclusion que se termine le film!). Impensable dans la moulinette Hollywoodienne !

Plus
votre commentaire