Critique : New Jack City

Par Ilan Ferry
16 novembre 2005
MAJ : 27 octobre 2018
315 commentaires

Difficile d’écrire une critique objective de New Jack City, tiraillé entre la nostalgie (les années 90 c’étaient bien !!) et une intégrité journalistique qui oblige à aller plus loin que cet argument quelque peu simpliste. C’est pourquoi, un petit retour aux sources s’impose. Flashback : 1991, Mario Van Peebles fils de… Melvin Van Peebles et acteur de son état (on fera l’impasse sur ses apparitions permanentées dans Exterminator 2 et Les Dents de la mer 4, pour mieux se concentrer sur ses rares titres de gloire comme Le Maître de guerre où il tenait la dragée haute au grand Clint Eastwood) décide de passer à la réalisation après s’etre fait la main sur quelques épisodes de21,Jump Street et Un flic dans la Mafia (Wiseguy, pour les puristes), une influence qui se sent jusque dans cette première incursion cinématographique.


Le résultat, New Jack City (NJC pour les intimes), polar hybride empruntant autant à Scarface qu’à l’esthétique clip lancée par MTV. Interprété par Ice-T, rappeur qui fait ici ses débuts en tant qu’acteur, Judd Nelson ancien rebelle des films de John Hughes , Wesley Snipes qui ne chassait pas encore les vampires et enfin Mario Van Peebles himself en lieutenant de police incorruptible, le film devient rapidement « culte » pour toute une génération. Le reste appartient à l’Histoire : Huit ans après, Ice-T et Mario Van Peebles se retrouvent à l’affiche de Judgement Day nanar post Armageddon dans lequel Ice-T, devenu entre temps le nouveau poulain de Dick Wolf, (créateur de Law and Order) tentera d’empêcher un Mario Van Peebles coiffé comme Yannick Noah, et lassé de jouer dans des bouses immondes aux cotés de Christophe Lambert, de détruire le monde histoire d’en finir une bonne fois pour toutes ! Judd Nelson pour sa part continuera sa longue route vers le succès multipliant les sorties… vidéo.


10 ans après et avec le recul, on constate que le film a très mal vieilli. En voulant faire comme son père, c’est-à-dire du cinéma d’exploitation à caractère social, Peebles Jr n’évite pourtant pas les clichés les plus éculés ([Ice T déguisé en mac, Wesley Snipes portant plus de bijoux que Mr T et ma grand-mère réunis, les mafieux italiens racistes…), NJC utilise des références iconographiques propres à son époque, il suffit pour s’en convaincre de voir Nino Brown (Wesley Snipes), croisement improbable entre Tony Montana et Mc Hammer, crier haut et fort « le monde est à moi » ! Un aspect qui dessert malheureusement le message anti-drogue sur lequel s’appuie constamment le film par l’intermédiaire de jeu de focales maladroits et d’une utilisation de filtres outrancière et allant même jusqu’au petit message de prévention à la fin du film !


Pourtant, malgré son coté désuet, force est de reconnaître que NJC se révèle des plus efficaces quand il s’aventure sur le terrain du polar urbain, genre ultra codifié que le réalisateur respecte à la lettre, que ce soit lors d’un gunfight durant un mariage rappelant furieusement Le Parrain ou du combat final dans les rues de Harlem. Le film est ainsi sauvé du naufrage par une réalisation souvent inspirée et des acteurs croyant fermement en leur personnage. Cependant, si Ice-T se révèle peu crédible en flic vengeur décrochant de ce fait la palme de l’acteur le plus inexpressif du film, Wesley Snipes se révèle réellement convaincant en baron de la drogue aussi charismatique que dangereux. Mention spéciale à Chris Rock tour à tour pathétique et émouvant dans le rôle de Pookie, junkie en quête de rédemption et hanté par ses démons.


Enfin, s’il est une qualité à reconnaître au film c’est d’avoir été l’un des principaux instigateurs cinématographiques du mouvement gangsta rap aussi bien par l’intermédiaire de personnages aussi emblématiques que Nino Brown que par l’utilisation d’une B.O. toujours aussi excellente. Et c’est certainement tout ce qu’on retiendra de New Jack City dans quelques années…

Rédacteurs :
Résumé
Rejoignez la communauté pngwing.com
Pictogramme étoile pour les abonnés aux contenus premium de EcranLarge Vous n'êtes pas d'accord avec nous ? Raison de plus pour vous abonner !
Soutenir la liberté critique
Vous aimerez aussi
Commentaires
guest
315 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
branta canada goose

Mon programmeur essaie de persuader me convaincre de passer

doudoune canada goose bleu

Excellent site web vous avez ici, mais je n’

doudoune canada goose destockage

Bonjour Salut! J’aurais jur

ugg

The idea being that we could exposure larger objects and also capture in different screen ratios (ie- 4:3 and 16:9).
ugg

Anonyme

We stumbled over here from a different web page and thought I might check things out. I like what I see so now i’m following you. Look forward to looking into your web page again.