Critique : Les Trois mousquetaires

Nicolas Thys | 31 octobre 2006
Nicolas Thys | 31 octobre 2006

Les Trois mousquetaires est l'une des histoires les plus adaptées au cinéma et bien sûr tout y est passé du chef d'œuvre de George Sidney avec le bondissant Gene Kelly (1948) au parodique L'Étroit mousquetaire du grand comique burlesque français Max Linder. Mais peu de films d'animation (hormis les séries télé animées) ont été consacrés aux aventures de D'Artagnan et de ses compères avant ce film du réalisateur letton Janis Cimermanis, auteur de la série des Espiègles.

Tourné à l'aide de marionnettes, procédé traditionnel des cinéastes d'Europe de l'est et le plus souvent des tchèques, ce film s'inscrit dans une dynamique comique conservant et renforçant l'aspect humoristique du roman original d'Alexandre Dumas et trouvant parfois quelques trouvailles ingénieuses comme le cheval jaune qui n'a jamais été aussi réussi et bien incarné que dans cette version. L'aspect des personnages, très typés bande dessinée avec leur gros nez, leurs couleurs assez prononcées et leur visage aux traits assez grossiers fait autant penser à Astérix qu'à certains personnages du théâtre de guignol.

Malgré tout le film possède un défaut assez important même s'il passera peut-être inaperçu pour la plupart des enfants qui s'amuseront au rythme effrené des pitreries des personnages : c'est le désir d'adapter trop fidèlement le récit des « Ferrets de la reine ». Près de 500 pages en édition de poche en à peine 1h10 de film. S'il est vrai que la réalisation d'un film avec la technique artisanale de l'image par image prend beaucoup de temps alors soit le scénario aurait dû être revu à la baisse soit le réalisateur aurait dû prolonger le tournage d'une ou deux années. Conséquence certains personnages sont plus qu'anecdotiques telle Milady et les ellipses beaucoup trop importantes nuisent au bon déroulement de l'action et à la compréhension générale pour qui ne connaitrait pas l'histoire. On a l'impression de passer d'une séquence à une autre sans réel lien logique, ce qui gâche le plaisir visuel.

Résumé

Lecteurs

(0.0)

Votre note ?

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire