Critique : L'Entente cordiale

Stéphane Argentin | 15 juin 2006
Stéphane Argentin | 15 juin 2006

Autant jouer cartes sur table d'entrée de jeu : ce n'est assurément pas avec des films du « niveau » de L'Entente cordiale que le blason des productions françaises va reluire de sitôt. À croire que Vincent de Brus n'a pas pris le bon Antidote et sombre ici encore plus bas qu'avec son précédent long-métrage.

Qu'y a-t-il donc à sauver de cette mission secrète de la DGSE en terre britannique ? Rien ou presque. Tout juste un ou deux sourires (attention, on a bien dit « sourires » et non pas « rires ») lorsque Christian Clavier se prend pour De Funès en déclamant du franglais façon « I am very dans la merde » tout en faisant du… Christian Clavier. Soit du Jacquouille la Fripouille tandis que Daniel Auteuil de son côté, dont on se demande encore ce qu'il est venu faire dans cette galère pour un acteur de sa trempe, joue les bourreaux des cœurs un peu « Pignonisé » sur les bords mais pas si Youcouncoun que ça.

Pour le reste, c'est l'indigestion totale du début à la fin et l'on s'ennui ferme sitôt la première bobine du film terminée, soit en gros au bout de 20 minutes et un petit gunfight plutôt bien troussé si le monteur était un peu moins hystérique en se croyant alternativement dans un film de Michael Bay (cf. la scène de dialogue entre Christian Clavier et Jennifer Saunders dans le bureau de cette dernière où pas un plan n'excède une demi-seconde) et dans la série 24 heures chrono (toutes les conversations téléphoniques sont systématiquement « split-screenées » à outrance). Peut-être s'agit-il là d'une tentative pour maintenir le tempo. Quel tempo ? Le film est mou du genou de bout en bout : l'action, l'humour… rien ne décolle jamais et les acteurs en font des caisses… en vain (pauvre John Cleese qui parvient lui aussi à se ridiculiser en l'espace d'une seule scène d'à peine 3 minutes).

Entendons-nous bien sur ce point : les journalistes sont payés (tout comme les malheureux qui ont participé à ce film et heureusement pour eux) pour perdre 1h30 de leur temps devant pareil « film » (si l'on peut encore appeler cela ainsi). Les personnes qui liront ces lignes n'ont pas à perdre obligatoirement leur argent pour subir la même chose…

Résumé

Lecteurs

(1.0)

Votre note ?

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire