Je te veux moi non plus : critique non merci, vraiment pas sur Amazon

Simon Riaux | 29 mars 2021 - MAJ : 30/03/2021 09:51
Simon Riaux | 29 mars 2021 - MAJ : 30/03/2021 09:51

Plateforme parmi les plus puissantes à l'heure actuelle, Amazon accueille régulièrement des comédies françaises. Je te veux moi non plus est la dernière en date. Après une série d'acquisitions franchement ratées, même en regard des standards de production pas toujours élevés des produits humoristiques hexagonaux, le premier long-métrage emmené par Inès Reg redresse-t-il le tir ?

SOUFFRANCE ET DÉVIANCE  

L’expérience de la douleur demeure un apprentissage solitaire, tant il est évident que chacun la reçoit pour lui, condamné à la conjuguer avec son passé, ses traumas. Qui, du soldat qu’on ampute à vif au petit matin, ou de l’assistant happiness officer se coupant l’auriculaire avec une feuille A4, douille le plus ? Difficile de trancher. Heureusement, grâce à Amazon Prime Video et plus spécifiquement Je te veux moi non plus, il devient envisageable de cartographier la souffrance, et peut-être d’en définir un mètre étalon, appelé à en devenir le référent universel. 

C’est d’ailleurs le seul accomplissement de cette comédie romantique, largement inspirée de la vie amoureuse de ses deux comédiens et co-scénaristes, Inès Reg et Kévin Debonne. Quitte à raconter une amourette passablement attendue et conventionnelle, autant la faire reposer sur un lien réel, tant pour faciliter l’identification du spectateur que se réserver un peu d’authenticité, au sein de productions souvent trop formatées.  

Malheureusement, la mise en scène de Rodolphe Lauga n’assure même pas le minimum syndical en matière de sécurité oculaire. On passera rapidement sur la facture visuelle, tant elle brille par son absence, comme si le projet s’évertuait perpétuellement à ne jamais abattre une idée, ne surtout pas proposer de dramaturgie. Laides et indigentes, les images défilent, tandis que l’ensemble, conscient d’être destiné à un visionnage distrait sur des écrans médiocres, n’a même pas la politesse de respecter les rétines de son public. 

 

photo, Inès Reg, Kévin DebonneLe vent en emporte autant

 

POURRIR D’AIMER 

Dès lors, le cauchemar ne peut être que total. Célébrité de réseaux sociaux avant d’entamer une carrière d’humoriste, Inès Reg illustre les limites d’artistes forgés par l’identification et l’affect plus que les propositions artistiques, et nous balance donc une comédie... sans gag.

En effet, Je te veux moi non plus ne repose jamais sur une quelconque construction comique, ne parvient pas – et essaie rarement – à orchestrer des situations à proprement parler, préférant observer ses protagonistes se vannant mollement. Un procédé d’une pauvreté ahurissante, à fortiori quand les personnages sont si grossièrement caractérisés, mutilés par un texte qui ferait passer le menu d’un restoroute pour un slam de Marcel Proust. 

 

photo, Inès Reg, Kévin DebonneAmour de supermarché

 

Et là où l’aspect biographique aurait pu conférer au métrage un peu de tendresse, cette dimension paralyse totalement le récit. Ainsi, les deux tourtereaux paraissent systématiquement éviter tout écueil véritable à leurs personnages. Personne ne commet de véritable erreur, personne ne se trompe ou faillit, tout élément perturbateur se voit presque instantanément évacué, transformant ainsi la narration en une sorte de déroulé neurasthénique dont on se désintéresse progressivement. Pire, on se dit parfois que le film a sciemment écarté des pistes qui s’ouvraient à lui de manière évidente.  

Quand Inès Reg explique en interview avoir un temps redouté de se lier avec un homme prénommé Kevin, on regrette qu’absolument jamais le récit ne prenne en charge des questionnements de ce type, qui auraient transformé deux limandes en personnages de chair et de sang. Ne reste plus dès lors qu’à se focaliser sur les seconds rôles aussi tragiquement écrits que bien interprétés. Et il faut saluer là l’énergie déployée par Laurie Peret et Pauline Clément, qui à coup de tempo comique millimétré, parviennent à sauver quelques scènes de l’embarras total.

Je te veux moi non plus est disponible sur Amazon Prime Video en France depuis le 26 mars 2021

 

affiche

 

Résumé

On ne sait pas si Amazon en veut à la France, ou si les artistes hexagonaux ont juré sa perte artistique, mais c'est un nouveau naufrage comique qui échoue sur la plateforme, avec la grâce d'une marée noire et la vitalité d'un plagiste au bord de l'insolation.

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Lecteurs

(2.7)

Votre note ?

commentaires
Nico31660
22/10/2021 à 16:38

Le film et trop pourri

laetylery@gmail.com
22/10/2021 à 15:46

Nul à chier,une honte, Inès voilà la fin de ta carrière Kevin joue un peu mieux qu elle.

Doulsi
12/05/2021 à 02:19

Ce film pourrait être bien mais les acteurs sont vraiment nul. Même les dialogues sont mal synchronisé. On dirait un vieux film étrange doublé en français. pour un film français, c'est étonnant d'arriver.

Max1
03/05/2021 à 20:22

Le jeu d'acteur est pourri, les vannes pourries et le scénario pathétique. Après les échecs de Norman sur le petit écran, voilà un autre Youtubeur qui doit arrêter avant le massacre.

Ikawou
02/05/2021 à 21:18

J'ai presque envie de porter plainte contre les producteurs de ce navet pour me rendre les 90mn de ma vie à attendre le moindre rebondissement qui en vaille la peine. Rien n'est à sauver dans ce film, c'est un naufrage, du temps perdu, une perte d'argent, c'en est une honte que des personnes se soient mis autour d'une table et ont eu l'idée de valider la sortie d'une purge pareille.

Manon
22/04/2021 à 21:41

Ce film est HORRIBLE clairement j’ai perdu du temps dans ma vie il est d’une nullité absolue et les gens qui ont aimé mais MDR sortez de chez vous bref je pense même me faire rembourser mes places pour son spectacle tellement j’ai été déçue de ce film. Contente de voir enfin un commentaire vrai ça fait du bien

Didine91
22/04/2021 à 17:21

Cette critique est une honte ! Vous salissez tout un travail, que vous n’aimez et avez pas d’humour c’est une chose, mais que vous écrivez de telles horreurs en est une autre !
J’ai adoré le film mais je comprend que certaines personnes n’ont pas aimé, mais là c’est simplement de la méchanceté gratuite. Votre critique n’est pas constructive et il y aucune indulgence.
Ce film est une bouffée d’optimisme, de bonne humeur et de sincérité profonde. Bravo à Inès Et son mari !

Aurelie
21/04/2021 à 11:42

J ai trouver le film très sympathique et différent . La critique est très exagéré je trouve

Sticles
19/04/2021 à 23:37

Franchement c’est chaud. Moi tout ce que j’ai vu c’est des comportements toxique à outrance être banalisés. C’est pas une histoire d’amour en fait - ni d’amitié d’ailleurs - c’est juste des gens qui ont des failles qui se complètent qui se retrouvent. En plus de ça ça picole en prenant le volant. Fin je sais pas, c’est quoi le message du film ? Ils l’ont fait pour eux, pour kiffer non ? [spoiler alert] La meuf qui s’hypersexualise pour être remarquée par tous les mecs et qui fini par tomber éperdument amoureuse d’un « mec lamdba » qui passait par là. Ça arrive dans la vraie vie ça ? Si elle en est à pavaner son boule sur la plage, elle en est pas à tomber amoureuse du mec sur le bateau. C’est juste un enchaînement de sketchs qui n’ont pas de liens logique entre eux. Je trouve ça triste de véhiculer ces messages là à travers une histoire où beaucoup pourraient s’y reconnaître. Ça normalise des comportements innacceptables.

Alias
19/04/2021 à 15:57

Perso j ai adoré ce film
J ai ris et j ai même versé une larmes très beau film
Tt les acteurs ont bien été choisis je recommande...

Plus
votre commentaire