Connectés : critique Amazon déprime

Simon Riaux | 9 novembre 2020 - MAJ : 10/11/2020 17:51
Simon Riaux | 9 novembre 2020 - MAJ : 10/11/2020 17:51

Après plusieurs mois de crise sanitaire mondiale, les premières productions à tirer parti de la situation ou à la traduite par le biais de la fiction pointent le bout de leur nez. Quelque temps après le trailer de Songbird, thriller d’anticipation produit par Michael Bay, c’est au tour de Connectés, comédie hexagonale confinée, de débarquer sur Amazon Prime Video

 

CONFINIS 

Une des pratiques humaines les plus déconcertantes peut être observée lors de réunion de jeunes gens, rituellement centrés autour de l’alcool. Quand la nuit s’étire et que les esprits s’échauffent, il est fréquent de voir les participants mélanger soudain leurs derniers restes de boisson en un mélange informe, au goût discutable, et s’encourager à le boire d’une traite

Une coutume qui annonce généralement un brusque déclin de la civilité puis l’irruption de jets de vomis drus et tièdes. Et à bien des égards, Connectés est une nouvelle déclinaison de ce cérémonial, tant le film s’évertue à mêler des éléments a priori difficilement miscibles. 

 

photo, ConnectésPas de quoi s'énerver

 

Nous suivons donc une troupe de copains confinés, s’adonnant aux joies de l’apéro numérique. Ce dernier vire au chaos quand intervient un individu masqué, qui pénètre par effraction chez l’un d’eux avant de mettre à jour les secrets honteux de chacun. Le premier écueil sur lequel l’ensemble est en échec est sa forme elle-même. Ces dernières années, les films d’écran se sont multipliés, occasionnant parfois de jolis succès, à la manière d’Unfriended. Mais ce qui frappe ici d’emblée, c’est l’incapacité à penser l’écran comme un espace de mise en scène. 

Alignant les plans fixes, jamais composés, ou appréhendés comme un véritable cadre, Connectés est d’une paresse visuelle stupéfiante, et ne cherche jamais à renouveler ses situations, ou ne serait-ce qu’à entretenir l’illusion d’une discussion virtuelle véritable. Tout semble faux, à commencer par le jeu des acteurs, dont on ne croit pas un instant qu’ils entretiennent quelques relations que ce soit, et encore moins qu’ils sont en train de pianoter devant leurs moniteurs. 

 

photo, Connectés, Pascal Demolon, François-Xavier Demaison, Nadia FarèsUne image du film, avec des acteurs dedans

 

MORT DE LOL 

Il faut dire que mélanger grossièrement la comédie de mœurs franchouillarde à base de coucheries amicales et de petites lâchetés du quotidien avec une dynamique à mi-chemin entre thriller et slasher était déjà risqué, mais s’avère totalement kamikaze au vu des déficiences de l’écriture.

De recyclages épais des mécaniques jadis popularisées par la troupe du Splendid en punchlines outrées, on peine à voir ce que ce récit espère nous proposer. Les personnages désincarnés et minablement caractérisés de François-Xavier DemaisonAudrey FleurotNadia Farès ou Pascal Demolon sont comme racornis, rendus encore plus ringards par le dispositif narratif qui voudrait explorer son époque, mais parvient seulement à démontrer qu'il n'y entend rien.

Enfin, Connectés laisse un goût d’autant plus amer qu’il paraît bassement opportuniste. Le confinement n’y est en fin de compte qu’un piteux argument marketing, l’intrigue n’en faisant rien ou presque, n’en use que pour assigner une panoplie de stéréotypes rabâchés ailleurs, doublés d’un condensé des plus simplistes clichés de l’apéro distancié. En résulte un sentiment de stérilité médiocre, qui pousse à se demander pourquoi les spectateurs chercheraient à s'infliger un reflet si plat et stérile de l'épreuve qu'ils traversent encore aujourd'hui.

Déconnectés sera disponible sur Amazon Prime Video dès le 12 novembre 2020 en France

 

Affiche officielle

Résumé

Véritable abattoir du rire hexagonal, Amazon accueille à nouveau, après Brutus Vs César, un accident de zygomatique, qui espère mollement capitaliser sur le confinement du public.

Autre avis Alexandre Janowiak
En plein confinement, voici une bonne manière d'échapper à cette heure et demie de malaise : restez déconnectés.
Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Lecteurs

(1.2)

Votre note ?

commentaires

Satan LaTeube
19/11/2020 à 21:03

A Nouach: vu ton écriture, c'est toi qui devrais lire des livres, histoire de voir un peu comment s'écrit le Français.

pataud
17/11/2020 à 23:41

heureusement confiné ! mettre 12 € dans cette M....e..non merci


...

Kpew
15/11/2020 à 23:23

C'est produit par Arthur ou quoi, toujours les mêmes têtes !

Nouach
15/11/2020 à 11:45

Vue les commentaires, y en a qui ferais mieux de lire des livres vue qu ils n ont aucun humour, connecté ey drôle, bon ptit film a regardé en famille.

Syl
14/11/2020 à 23:30

Juste un mot : TRISTE


13/11/2020 à 16:53

C'est toujours assez injuste de critiquer un film quand on sait le temps et l'investissement de tous. Mais quand c'est mauvais, on ne peut pas inventer des qualités. Cependant l'idée de départ est sympa et réussir à sortir un film à ce point dans le feu de l'actu est quelque chose dont on a peu l'habitude et il faut au moins saluer cet effort et le travail fait pour le sortir avec cette réactivité. Voilà. Ça sera le seul élément positif du film. Pour le reste tout est à jeter. Direction d'acteur effroyable (on dirait pour certains des amateurs dans un film étudiant), mise en scène quasi inexistante, scénario tellement prévisible qu'à ce stade il faudrait inventer un nouveau mot pour le décrire, et zéro inventivité. Ni drôle, ni accrocheur, rien ne fonctionne. Bref. C'est pas bon.

Virage
11/11/2020 à 19:37

En gros c’est un remake de Taken mais version Skype ????

Ozymandias
10/11/2020 à 21:19

Beurk

Shag on !
10/11/2020 à 20:49

Et Roselyne veut imposer aux plateformes’ de financer ces merdes à un nom de la culture ???

Mais Amazon Prime, oubliez-nous ! financez les créations polonaises, iraniennes ou coréennes !

Give a camouflet to the Bachelot !

Daddy Rich
10/11/2020 à 17:47

un NOUVEL accident!
Pas un nouveau accident, c'est pas très gracieux aux cages à miel!

Plus

votre commentaire