Le Géant de fer ressort au cinéma : pourquoi il ne faut pas manquer ce chef d'oeuvre

Mise à jour : 08/12/2016 17:23 - Créé : 7 décembre 2016 - Simon Riaux
Affiche
19 réactions

Passé inaperçu lors de sa sortie et redécouvert dans les années qui ont suivi, Le Géant de Fer est progressivement devenu une œuvre culte. Ô bonheur, il ressort enfin sur les écrans aujourd'hui même dans une copie digne de ce nom.

Plutôt que de vous proposer une énième exégèse de ce dessin animé proche de la perfection, de revenir inlassablement sur le sommet d’émotion qu’il représente, nous vous proposons cinq (excellentes) raisons de redécouvrir le film.

 

Photo Groot

 

Parce que Groot

Vous ne le saviez peut-être pas, mais le personnage adoré des fans de Marvel, Groot, est le descendant direct du Géant de fer. Ce dernier était déjà doublé par Vin Diesel, et quand on voit la personnalité de ces deux curieux héros, leurs parcours puis leur trajectoire finale, la volonté de Kevin Feige de s’inspirer de Bird paraît évidente.

Alors si vous avez déjà donné des sous à Marvel, rendez donc à Brad Bird ce qui est à Brad Bird !

 

Photo Géant de Fer

 

Parce que vous ne l’avez probablement pas vu en salles

Le Géant de Fer fut un bide aussi retentissant que programmé. Sorti alors que Warner avait déjà décidé de fermer sa branche animation après l’échec cuisant d’Excalibur, l’épée magique, le métrage n’a eu aucune chance au box-office ; Et si vous en avez peut-être entendu parler ou eu une édition vidéo entre les mains, il y a peu de chance que vous ayez eu l’opportunité de le découvrir en salles. C’est l’occasion ou jamais de rattraper cette terrible lacune.

 

Photo

 

Parce que Brad Bird

Les Indestructibles, Mission : Impossible – Protocole Fantôme, A la poursuite de demainBrad Bird s’est rapidement imposé comme un des metteurs en scène les plus doués, inventifs et inclassables d’Hollywood. Aussi à l’aise dans l’animation que le cinéma live, cet artisan de la réussite des Simpson et de ratatouille ne jouit pas de la reconnaissance qu’il mérite. Et c’est déjà une bonne raison pour redécouvrir Le Géant de Fer.

 

Photo Le Géant de Fer

 

Parce que restauration

Tous les films cultes n’ont pas la chance de connaître une renaissance sur grand écran. Avec cette restauration HD, c’est un peu un rêve qui devient réalité.

 

Image 98207

 

Parce que c’est le dernier du genre

Si le personnage robotique du film est en images de synthèse, le chef d’œuvre de Brad Bird est probablement le tout dernier film d’animation « traditionnelle » que nous verrons, issu de la concurrence dans le domaine entre Warner et Disney. Le film est une réussite absolue en matière d’orfèvrerie et de finesse. Etant donné la disparition de ces savoir-faire et le goût actuel du public pour l’image de synthèse, tout porte à croire que les studios américains n’investiront plus dans ce domaine, ce qui fait de l’œuvre un témoignage fabuleux de fin d’une époque.

 

Photo Signature Edition

 

Parce que c'est du très neuf avec du pas si vieux

Comem toujours avec Brad Bird, on en appelle à la nostalgie, pour mieux la battre en brèche et s'évertuer à proposer quelque chose de neuf. Une démarche devenue l'exception à Hollywood. En témoigne ce scénario et cet univers, qui fleure bon les séries B de SF d'antan, rescussite le McCarthysme, la parano et l'esthétique de tout un pan du cinéma de genre américain. Mais au lieu de l'enfermer dans une représentation qui sent la naphtaline, Bird en fait une virulente critique du système, de l'époque, du contrôle par l'état et un plaidoyer vibrant pour la liberté, d'action, de conscience. Curieusement, voilà un programme qui rappelle l'excellent Tomorrowland, autre pépite du metteur en scène, sabordée par un studio (Disney), et à redécouvrir d'urgence.

 

Image 98215

 

 

commentaires

Karlito 08/12/2016 à 17:23

Pour être un poil hors sujet, quelqu'un a vu "la tortue rouge"?

Quant au film d'animation, oui, hélas, le dernier descendant, car pour la suite, on se tape des films d'animation 3D dont le scénario est si calibré et prévisible qu'il en devient vaporeux. Un bel hommage aussi au merveilleux "Le roi et l'oiseaux" au passage...

Kiddo 07/12/2016 à 19:26

Absolument magnifique. (et terriblement d'actualité..)
Le design du robot me renverra toujours au plus beau dessin-animé jamais fait, Le roi et l'oiseau.
Meme chose lorsque je regarde le non moins réussi Le chateau dans le ciel de Miyazaki.

Dirty Harry 07/12/2016 à 16:49

Vu avec les enfants hier soir justement ! très joli film, belle réalisation inventive (la découverte du géant) des personnages attachants, des surprises...bref tout pour ravir un public familial.
@ Ehplodor : absolument d'accord avec toi : belle composition et orchestration. Je dirais même plus : Kamen ayant un fils spirituel en fait : Michael Giacchino (c'est inouï comme l'orchestration est proche entre l'un et l'autre).

Kappa 07/12/2016 à 16:34

@max

Ca sort aujourd'hui comme ils le disent au début donc on peut chacun aller voir le programme de nos ciné pour avoir la réponse en fait

maxleresistant 07/12/2016 à 16:29

ce qui serait encore mieux, c'est des infos sur où et quand on peut le voir, ou au moins un lien vers les infos :) parce que je doute que ce soit une ressortie nationale dans beaucoup de salle

LaTeub 07/12/2016 à 16:02

Superbe film vu et revu avec les enfants. Du beau grand spectacle, intelligent et plein de nuances.

corleone 07/12/2016 à 16:02

Simon Riaux , t'es un type bien.

Ehplodor 07/12/2016 à 15:42

Vous avez oublié, dans la collection "témoin brillant d'une époque révolue" :

parce que c'est l'une des toutes dernière partitions marquantes de Michael Kamen, compositeur incontournable à Hollywood entre le milieu des années 1980 et 1990, supplanté déjà à l'époque par le son stéréotypé de MediaVentures (l'écurie de Hans Zimmer), et qui disparaîtra prématurément en 2003, emporté par une SEP. Sa musique contribue à la patine old school classique mais raffinée du film, vous ne trouvez pas ?

Grift 07/12/2016 à 15:39

Un superbe fim d'animation, sensible, beau, accessible pour les petits et très chouette les grands.

votre commentaire