Family Business Saison 1 : pourquoi la nouvelle série française de Netflix est encore de la mauvaise came

Alexandre Janowiak | 7 juillet 2019
Alexandre Janowiak | 7 juillet 2019

Après avoir ouvert le bal des séries françaises avec Marseille, puis continué son chemin avec Plan Cœur et Osmosis, Netflix a lancé une nouvelle création originale française avec Family Business. Menés par Jonathan Cohen accompagné par Gérard DarmonJulia PiatonLiliane Rovère et Olivier Rosemberg entre autres, les six épisodes sont disponibles depuis le 28 juin dernier. Mais ça vaut quoi ?

SHIT TRIP

Family Business raconte l'histoire de Joseph. Ce fils de boucher est sur le point de lancer son application avant que son développeur ne le lâche lors de la présentation. Son projet tombant à l'eau, il comprend alors qu'il va finir ses jours à tenir la boucherie familiale s'il ne trouve pas une solution. Et justement, après avoir appris que le cannabis allait être légalisé par le nouveau gouvernement, il décide de transformer la boucherie en "beuhcherie".

En attendant que la loi passe, il va devoir ruser pour convaincre sa famille de se lancer dans ce business bientôt légalisé, mais qu'il va falloir organiser en toute illégalité.

 

 

Sur le papier, Family Business n'avait rien de très original avec son pitch rappelant vaguement les célèbres séries WeedsDisjointed et Breaking Bad voire le film Les Fumistes.

Cependant, avec Igor Gotesman à la barre (scénariste et réalisateur ici), on pouvait imaginer que la série offrirait quelque chose d'élancer à l'image de son long-métrage Five. Si le film de bandes n'était pas un incroyable morceau de cinéma, il s'était révélé plutôt sympathique, porté par un vrai timing comique et une bonne dynamique de groupe.

Ainsi, en six épisodes de 30 minutes (à peine), la nouvelle création originale Netflix avait tous les ingrédients pour offrir une bonne tranche de rire et quelques volutes de défonce au coeur de Paris : un groupe éclectique, une idée dans l'air du temps et un ton voulu transgressif. C'était sans doute en attendre trop de Family Business.

 

Photo Gérard DarmonUne série qui fait du surplace

 

MAUVAIS DEAL

Un des plus gros problèmes de Family Business vient clairement du faux-rythme engagé par la série. Avec seulement six épisodes au compteur, Igor Gotesman avait la possibilité d'offrir une série tonique et stimulante, en mettant en place rapidement l'histoire et en sortant des clichés du genre. Tristement, c'est le chemin contraire qu'a décidé de prendre le showrunner. En six épisodes, ne vous attendez donc pas à voir le coffee-shop du pitch initial, la série préfère se caler sur un tempo illusoire qui ne mènera finalement nulle part.

Cousu de fil blanc, le récit accumule par conséquent de nombreux clichés scénaristiques (la relation avec la policière, la brute dealer) et facilités (ce père qui change d'avis du jour au lendemain, la fille du ministre). Pire, la série s'écroule dans son grand final. Non seulement elle tue dans l'oeuf le seul élément excitant de son récit, mais se conclut sur un cliffhanger opportuniste et grotesque, anéantissant toutes les chances de la série de sortir de sa propre parodie.

Avec en plus un classicisme ennuyeux dans la mise en scène et aucune tentative formelle, Family Business n'offre rien d'alléchant à son spectateur. Reste heureusement la troupe d'acteurs pour sauver la mise ? Même pas !

 

photoGerard Darmon et Jonathan Cohen, un duo qui fonctionne, mais aux dialogues ratés

 

La série était pourtant dotée d'un joli parterre de comédiens, avec notamment l'ubuesque Jonathan Cohen. Les fans du comédien et de son rôle de Serge le Mytho (qui l'a fait exploser) seront ravis de le voir improviser encore quelques mensonges délirants (notamment sur de faux-plans sexuels chelous). Malheureusement, même dans ce registre l'acteur n'arrive pas à faire rire avec ses blagues sous la ceinture et tombe dans un surjeu décevant.

Idem pour le père interprété par Gérard Darmon, too-much lors de ses défonces au cannabis, ou de l'exubérante (et surtout usante) fille de ministre incarnée par Louise Coldefy. Et que dire de la pauvre Lina El Arabi, vouée à jouer dans le vide tant son personnage est maltraité.

Seuls les personnages féminins de Aure et Ludmila sont assez réussis. La première, jouée par l'attachante Julia Piaton, rappelle bien trop le personnage d'Andréa dans Dix pour cent (à tous les niveaux), mais offre quelques jolis moments de tendresse. La seconde, incarnée par Liliane Rovère, ressemble aussi à un copié-collé, un peu moins gueulard, de son rôle dans la même série de France Télévisions. Pour autant, son flegme accroche toujours autant et son grand coeur fait mouche.

 

affiche

Résumé

Avec son récit cousu de fil blanc et son faux rythme, Family Business n'arrive pas à convaincre malgré la présence de Jonathan Cohen. Reste alors un feuilleton banal et caricatural qui se regarde sans déplaisir, mais sans plaisir non plus. Un nouveau raté pour Netflix France.

commentaires

Procrastinator
11/07/2019 à 07:30

Bonjour ....
Que ce fut long d'attendre la fin du premier épisode et décevant de constater la même platitude dés la reprise du second .... je n'ai qu'un mot en tête ... PATHÉTIQUE ..
Les avis objectifs si t rares et frôlent l'un corporatisme malsain .... bref tant mieux pour ceux ( partiaux ? qui ont apprécié et ouf pour ceux à qui je vais déconseiller
Netflux vaut mieux que ce navet répétitif ...

The Moon
10/07/2019 à 01:52

Il y a du vrai dans votre critique mais j'ai tout de même rigolé, 3 étoiles

(The) Aurelio
09/07/2019 à 16:51

Dans le meilleur des cas, c'est mou, lent, pas excitant et/ou parfait pour s'endormir

Dans le pire : par moment un peu gênant.

aegir
09/07/2019 à 11:04

J'ai regardé le premier épisode, et 10 minutes du deuxième. On a l'impression qu'ils ont essayé de mélanger dans un shaker "la vérité si je mens", "Qu'est ce qu'on a fait au bon dieu" et quelques autres trucs du même genre. Bref, c'est mauvais, tellement caricatural que c'en est ennuyeux au possible, et même parfois carrément malsain.
Heureusement que Netflix propose d'autres choses d'une qualité incomparablement supérieure (productions allemandes, suédoises, espagnoles...). Ils feraient mieux d'abandonner définitivement les productions françaises, c'est du gaspillage d'argent.

Gregdevil
09/07/2019 à 11:00

Je me suis bien ennuyé devant cette série. Rien d'extra.
J'hallucine tjs autant de voir certains qui n'acceptent pas un avis contraire au leur. C pathétique.
Et perso g une vie de famille, je boss, et quand je prend le temps de regarder un film ou une série j'attends quelque chose de pertinent, un minimum.
C'est sur que celui qui fou rien de ses journée et passe sont temps devant Netflix aura un avis certainement plus clement envers les bouses quon lui soumet.

Cliomike
09/07/2019 à 08:42

Mais c’est quoi ce journaliste qui a loupé sa vie donc il préfère cracher son venin de frustré. Cette série est très bien et l’ambiance et le faux rythme sont très bien emmener !!!! Vivement la saison 2.

Alexandre Janowiak - Rédaction
08/07/2019 à 14:31

@Aznash,

je suis sans doute un des plus grands fans de Jonathan Cohen à la rédaction. J'adore absolument toute la série de Serge le Mytho sur Youtube (l'épisode de Luc Besson, Jean Blonblon et Le Petit Asticot quel génie), folie absurde burlesque à ses débuts qui prend un véritable tournant dramatique et cruel dans ses épisodes finaux, en faisant une oeuvre très aboutie.

Ce n'est pas parce que je n'ai pas apprécié une série que vous avez aimé que je suis un vendu à la publicité et un anti-Jonathan Cohen. Pour ce qui est de la longueur de cette critique négative, mes articles sont d'autant plus long (voire plus) quand j'ai trouvé une série passionnante (je vous invite à lire les critiques de Barry S2, Fleabag, Veep S7 sur ces dernières semaines).

Si vous avez aimé Family Business, grand bien vous en fasse, ma critique n'est en rien une vérité absolue et n'est qu'un avis parmi tant d'autres.

Au plaisir,

Simon Riaux - Rédaction
08/07/2019 à 14:27

@Aznash

Attention à la canicule. Buvez frais, et n'hésitez pas à relire le texte d'Alexandre.

Vous verrez qu'il ne crache pas sur la série, et certainement pas sur Jonathan Cohen. Il trouve simplement que l'ensemble est trop classique et pas super bien écrit. Ce n'est pas votre avis, vous avez des opinions différentes. Ce sont des choses qui arrivent.

Aznash
08/07/2019 à 14:13

Cet article est totalement «fumé», si je peux me permettre.
Personnellement j'ai aimé l'interprétation des comédiens et particulièrement celle de Jonathan Cohen. C'est pas parce que vous n'aimez pas son style que ça fait de lui un mauvais acteur...
Et pour parler de la série, j'ai trouvé les personnages attachants avec chacun leur histoire qui m'a mis en empathie. Le scénario était plein de rebondissements, on peut dire qu'en 6 épisodes il s'en est passé des choses... entre les coups de gueules, les réconciliations et les amours naissants. De plus, l'intrigue n'était pas spécialement anticipable contrairement à certaines séries

Mr. Alexandre Jonawiak, je pense que vous êtes actuellement dans un grand mal de vivre pour à ce point cracher sur une série tout de même très sympathique; ou bien vous êtes ce genre de mauvais critique qui préfère flinguer le travail des autres, car vous le savez très bien que s'il y avait que du beau à dire votre article n'aurait fait qu'un petit paragraphe et le travail aurait était bâcler. Oui votre but est de remplir un maximum de ligne afin de pouvoir y caser un maximum de pub entre chacune d'elle.

Force à Cohen le boss, j'ai envie d'une saison 2 perso, surtout que la fin de la première annonce une intrigue intéressante.

Alinos
08/07/2019 à 10:00

J'ai trouvé la série plutôt agréable à suivre, le scénario n'est pas renversant (weeds..etc) mais le ton plutôt intéréssant et le casting 5/5 dont Jonathan Cohen qu'y est très fort.

Plus

votre commentaire