Jerry Lewis, le King of Comedy, est mort

Jacques-Henry Poucave | 21 août 2017
Jacques-Henry Poucave | 21 août 2017

Jerry Lewis est mort il y a quelques heures, à son domicile familial de Las Vegas, entouré de sa famille et de ses proches. Il avait 91 ans.

Sa carrière pris son envol en 1946, alors qu’il entame sa vingtième année et fait la rencontre de Dean Martin. Leur alliance  va taper dans l’œil du public comme de la Paramount, qui va leur permettre d’accéder à la célébrité et de demeurer le duo comique le plus apprécié des Etats-Unis, jusqu’à ce que chacun décide de continuer en solo, dix ans plus tard.

Il deviendra rapidement une icône de l’humour américain, interprète clownesques aux multiples facettes. Il joue dans plus de soixante films, qui tirent parti de son talent pour le pantomime, le déguisement et un sens du timing qui joue aussi bien de l’hilarité que du malaise. Il deviendra assez rapidement en France une véritable légende, mais c’est surtout en tant que metteur en scène qu’il marquera les esprits.

 

Photo

 

Jerry Lewis et Dean Martin

 

 

Photo

 

Du Tombeur de ces Dames, en passant par Docteur Jerry et Mister Love, sans oublier Au Boulot… Jerry ! L’artiste pratique un comique primaire dans son rapport direct au burlesque, à la déformation du corps, du faciès, autant qu’il se transforme en réflexion sur la figure même de Jerry Lewis, son rapport contrarié à son image. Dans l’Hexagone, il est progressivement appréhendé comme un artiste majeur, tandis que les Etats-Unis le considèrent au mieux comme un amuseur dépassé, sympathique importateur du Téléthon.

 

Photo

 

Tandis que Jean-Luc Godard le décrit comme un artiste politique majeur, que Martin Scorsese lui offre un de ses plus beaux rôles dans un de ses films les plus sous-estimés (King of Comedy), qu’il s’embourbe dans un projet maudit et fantasmatique (The Day the Clown Cried), Lewis compose une légende inclassable et fascinante, autant qu’il s’éloigne d’une nouvelle génération de spectateurs qui voient l’humoriste avec un mélange d’incrédulité et de respect distancié.

Véritable mythe pour tout un pan des cinéphiles et sympathique inconnu pour d’autres, Jerry Lewis était un des artistes les plus complets, énigmatiques, drôles et profonds à avoir arpenté les allées pelliculées d’Hollywood.

 

Photo

 

Docteur Jerry et Mister Love

 

PhotoKing Of Comedy

 

 

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Vous aimerez aussi

commentaires

the défenders
21/08/2017 à 15:22

beaucoup de gens ne le connaissaient pas; mais quelle comique ...encore une légende qui s en va...

Ded
21/08/2017 à 13:21

Il a créé, en son temps, une nouvelle gestuelle burlesque outrageusement dégingandée ainsi que, parmi un impressionnant catalogue de grimaces, l'exagération du fameux "double take" jusqu'à dévisager le sujet de son étonnement carrément "sous son nez". Il a eu l'idée géniale, dans la transposition moderne de "Dr Jekyll et Mr Hyde", d'inverser ironiquement les représentations physiques manichéennes du personnage altruiste et de son double maléfique, en dotant de traits disgracieux le bon professeur Julius Kelp tout en rendant séduisant le "bad guy" schizophrénique nommé Buddy Love. Il a été le premier à utiliser des moniteurs de contrôle pendant les tournages où il alternait les fonctions acteur/réalisateur. Et enfin, dans 8 ans, peut-être aurons-nous la chance de découvrir "The day the clown cried" (le film narre l’histoire d’un clown emprisonné dans un camp de concentration. Jamais sorti, il est considéré comme un film maudit) qu'il a réalisé et interprété, et qu'il a confié à la Bibliothèque du Congrès pour qu'il ne soit pas visible avant 2025 et ce afin d'être sûr de n'avoir à répondre à aucune question ?...
So long Mister Lewis, allez semer la zizanie parmi les étoiles comme vous seul aviez le génie de le faire !

votre commentaire