UGC et la 3D : histoire d'une occasion manquée

Jean-Noël Nicolau | 5 janvier 2010
Jean-Noël Nicolau | 5 janvier 2010
7,5 millions d'entrées, c'est le score faramineux qu'enregistrait Avatar de James Cameron dimanche dernier en France. Le film vient de battre L'Age de glace 3 au titre du plus grand succès de l'année 2009. Et ce n'est que le début, d'ici peu Avatar dépassera les 10 millions d'entrées et voguera vers les plus grands records du box-office français.

Mais si les spectateurs se précipitent en masse pour voir et revoir l'œuvre de Cameron, c'est parce qu'ils sont principalement séduits par l'innovation technologique qui l'accompagne : 2h40 de cinéma épique en 3D. Au premier jour d'exploitation, 55% des entrées d'Avatar s'effectuaient dans les salles le présentant en 3D. Sur 726 copies dans toute la France, 480 étaient en 3D numériques. La tendance étant à l'augmentation de cette moyenne, le bouche-à-oreille privilégiant largement l'expérience en trois dimensions par rapport à la 2D, devenue soudain bien fade.

Le grand perdant de l'histoire ? Le circuit des salles UGC. L'exploitant a fait le choix de ne pas équiper ses salles avec du matériel de projection pour 3D numérique. Une décision qui faisait peut-être sens en 2008, mais qui aura été chèrement payée au fil de l'année 2009, jusqu'à l'explosion de la bombe Avatar. Mais le coup de grâce viendra sans doute en 2010. La majorité du public ayant goûté aux délices de la 3D, elle privilégiera probablement cette méthode de projection pour la flopée de blockbusters qui vont la proposer.

 

 

 

Proposons une petite liste non exhaustive : Alice au pays des merveilles de Tim Burton, Toy story 3, Dragons 3D, Shrek 4, Sexy Dance 3D, Iron Man 2, Piranha 3D, Guardians of Ga'Hoole de Zack Snyder, Princesse Raiponce, peut-être Le Choc des Titans de Louis Leterrier ainsi que Robin des Bois de Ridley Scott. Sans parler des ressorties en 3D de Toy story 1 & 2, La Belle et la bête et dans un futur plus ou moins proche : Titanic, Terminator 2 et même Star Wars ! Et dès 2011 un choc du niveau d'Avatar en la personne de la trilogie Tintin par Steven Spielberg et Peter Jackson.

 

 

Alors UGC a-t-il fait l'erreur qui pourrait lui coûter plus cher que prévu ? Le distributeur affichait pourtant une belle confiance lorsqu'il répondait ainsi à ses abonnés inquiets en août dernier :

« Cher Client,

(...)

La projection numérique en 3D n'est pas pour l'instant à l'ordre du jour chez UGC.

UGC a toujours pris le parti des améliorations techniques lorsqu'elles améliorent le service à nos clients: ainsi le son digital dont nos salles ont été parmi les premières à s'équiper.

De même, nous investissons aujourd'hui dans nos cinémas UGC CINE CITE pour vous offrir les meilleurs espaces de projection de films sur écrans géants et, justement, son digital (DTS et Dolby SRD). Ainsi en témoigne l'ouverture de notre prochain UGC CINE CITE VILLENEUVE D'ASCQ en novembre 2009.

Ensuite, l'innovation constante de nos produits et services via nos bornes d'achat/retrait de billets, nos cartes UGC ILLIMITE à 2 ou la plus récente UGC Fidélité récompensant à chaque achat votre fidélité à notre marque.

Enfin, l'évolution permanente de notre système de réservation UGC PROMPTO, notamment à travers le panier de réservation qui vous permet en une seule fois de réserver plusieurs places avec différents moyens de paiement. Afin que vous soyez certain de voir le film de votre choix en évitant les files d'attentes aux caisses.

Par ailleurs, nous vous confirmons que plusieurs salles partenaires de région parisienne proposent des films en relief, par exemple dans les cinémas MK2 ou Rythman, ou encore le Publicis. La plupart des films en 3D ont ainsi trouvé leurs places dans ce réseau ("Coraline", "Meurtres en trois dimensions", "Là-haut"...), bien que, exceptionnellement, certains titres comme "L'âge de glace 3" n'y ont pas été montrés, pour des raisons relevant des négociations entre exploitants et distributeurs de films.

Nous espérons avoir répondu à votre demande et espérons vous revoir très prochainement dans nos salles de cinéma.

Bien Cordialement,

Emmanuel Denis

Service Clientèle UGC »

 

Comme on le constate, UGC se repose sur ses partenaires, essentiellement parisiens, tels que MK2 et le cinéma Publicis. Mais cela semble loin d'être suffisant, surtout que la province, source majoritaire des entrées, est la grande oubliée de l'équation.

 

Peu avant la sortie d'Avatar, nous étions donc allés interroger les clients d'UGC, les abonnés à la fameuse carte UGC illimitée pour savoir dans quelles conditions ils allaient voir Avatar. Allaient-ils faire l'effort de changer leurs habitudes de salle pour découvrir le film en 3D ? Etaient-ils sensibles à cette nouvelle technologie ? Que pensaient-ils de la non-possibilité de voir le film en 3D dans leurs salles habituelles ? Réponses ci-dessous :

 

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire