Critique : La Conspiration

Simon Mulin | 8 septembre 2011
Simon Mulin | 8 septembre 2011

Avant que Steven Spielberg ne s'attaque à l'homme avec son biopic consacré à Abraham Lincoln, Robert Redford nous raconte son assassinat et plus précisément ses conséquences et le sort de Mary Surrat, accusée de complicité pour avoir hébergé l'auteur des crimes, John Wilkes Booth.

Avec ce film, Robert Redford livre une œuvre passionnante qui montre à quel point le meurtre du 16ème président des États-Unis a eu des enjeux politiques important. Soucieux d'agir vite pour le maintient d'une paix fragile, le ministre de la Guerre Stanton (Kevin Kline) compte bien livrer des coupables de ce crime à la population dans un procès qui a les allures de vengeance publique. Comment ne pas y voir un écho au 11 septembre où le gouvernement américain a cherché tout de suite un coupable et lancé la Guerre Afghanistan.

Au delà des enjeux politiques, The Conspirator est aussi une aventure profondément humaine centrée sur la relation entre Marry Surrat (Robin Wright) et son jeune avocat Frederick Aiken (James McAvoy). D'un côté nous avons ce jeune avocat ayant combattu les Sudistes, qui va devoir défendre cette femme dans un procès perdu d'avance ; et de l'autre Marry Surrat qui voit en Aiken un fils de substitution qui sera auprès d'elle jusqu'à la fin. On retiendra surtout l'interprétation de James McAvoy, d'un charisme redoutable lors des scènes du procès et qui confirme qu'il est un acteur à suivre. Ajouté à cela un casting haut de gamme (Kevin Kline, Danny Huston, Tom Wilkinson...) et une très belle photographie proche de l'autochrome. The Conspirator est un récit passionnant du début à la fin mené d'une main de maître.

Résumé

Lecteurs

(0.0)

Votre note ?

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire