Critique : Oncle Boonmee celui qui se souvient de ses vies antérieures

Stéphane Argentin | 21 mai 2010
Stéphane Argentin | 21 mai 2010

Les différents festivals de par le monde sont réputés pour débusquer des œuvres ovniesques. En la matière, Cannes se pose là et le lauréat de l'édition 2010 a pour nom Oncle Boonmee celui qui se souvient de ses vies antérieures. Sur le fond, ce long-métrage thaïlandais (coproduit par plusieurs pays européens) n'a rien de fondamentalement rebutant puisqu'il s'articule autour du thème de la réincarnation, concept très fort au sein du bouddhisme, religion officielle de la Thaïlande. Sur la forme, le résultat est déjà nettement plus « barré ».

Un cunnilingus aquatique entre un poisson-chat et une princesse défigurée, un ersatz de Chewbacca au pelage noir et aux yeux rouges et un moine bouddhiste se douchant dans une chambre d'hôtel sont quelques unes des représentations somme toute très « personnelles » que nous propose le réalisateur Apichatpong Weerasethakul (Tropical malady, Syndromes and a century), librement adaptées des écrits d'un moine datant des années 1980. Il y a dès lors de quoi rester circonspect, voire même hermétique devant cette succession de plans séquences entre univers fantastico-surréaliste et croyance ancestrale. Soit l'on adhère, soit l'on déteste.

Tim Burton et son jury sont dans le premier camp puisque le film a reçu la prestigieuse Palme d'Or. Quant à nous on préfère largement revoir Edward aux mains d'argent.

 

Résumé

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Lecteurs

(0.0)

Votre note ?

commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire