Critique : Fais-moi plaisir !

Vincent Julé | 22 juin 2009
Vincent Julé | 22 juin 2009

Aujourd'hui, Emmanuel Mouret est unique dans le paysage cinématographique français. Alors que les comédies franchouillardes se tirent la bourre pour être toujours plus nombreuses, grosses et drôles, lui se fait plaisir dans son coin, avec quelques acteurs et on espère plus de spectateurs à chaque film. Il a le sens du titre, du casting (féminin surtout) et du bon mot... ou plutôt de la belle phrase. Car nous sommes moins ici dans la pure comédie que dans le marivaudage, ou pour Fais-moi plaisir dans le vaudeville rohmérien. Deux termes qui paraissent opposés, mais que l'auteur-réalisateur réussit à rendre complémentaires et même inséparables. Il n'est pas d'ailleurs pas à une contradiction près, puisque son film commence comme The Party de Blake Edwards pour continuer comme Eyes Wide Shut de Stanley Kubrick.

En effet, lorsque sa Frédérique Bel lui demande d'aller coucher avec cette autre femme, il ne sait pas encore qu'il s'agit de la fille du Président de la République, et encore moins que suivra sa servante, les quatre sœurs, etc. Il se peut ainsi que le spectateur ne rigole pas lorsque le bougre se coince la braguette dans un rideau. Mais il ne pourra résister au regard de Déborah François en soubrette ou aux sourires de ses sœurs en nuisette. Emmanuel Mouret essaie le burlesque, et réussit surtout le trivial. Ou de sa propre bouche : « le délicatement trivial ». C'est exactement ça, Fais-moi plaisir est un film sur les filles, les fantasmes, les coucheries. Mais le charme du bonhomme évacue toute vulgarité, sans pour autant tomber dans la naïveté.

Emmanuel Mouret vit dans son époque, mais aime en parler, la regarder comme dans une autre, comme au cinéma. Avec lui, une belle fille n'est pas bonne, elle est craquante. Et c'est alors parti pour une discussion où buter sur les mots permet de mieux révéler les sentiments.

Résumé

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Lecteurs

(0.0)

Votre note ?

commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire