Steak : critique hallucinée

Ilan Ferry | 20 juin 2007 - MAJ : 07/07/2018 15:24
Ilan Ferry | 20 juin 2007 - MAJ : 07/07/2018 15:24

La tour Montparnasse infernale, Les Dalton, Double Zéro... il est des titres de gloire dont on se passerait bien. Une leçon de vie que nos amis Eric et Ramzy ont malheureusement du apprendre à leurs dépens tant leurs dernières incursions cinématographiques oscillaient entre le pathétique et le zéro pointé. Heureusement pour eux, Quentin Dupieux plus connu sous le patronyme de Mr Oizo (grand nom de la scène electro pop et dont la marionnette jaune Flat Eric a fait les beaux jours des pubs Levi's) est arrivé avec Steak, projet complètement barré au sujet aussi énigmatique que son titre.

Croisement improbable entre Grease et Nip/Tuck, Steak prend un malin plaisir à détourner tout un pan de l'iconographie ricaine en nous présentant une société dopée au Botox et coups de bistouris divers. C'est dans cet étrange univers que débarquent Eric et Ramzy qui, tels des éléphants dans un magasin de porcelaine, vont retourner toute ce petit monde avec leur candeur habituelle.

 

photo

 

Toutefois, Steak n'est pas une comédie à proprement parler. Si certains dialogues font mouche combinés à l'abattage habituel de nos deux électrons libres, il se dégage de l'ensemble un certain malaise renforcé par certaines scènes confirmant le sens de l'humour très particulier de son auteur. Plutôt que de miser sur le comique de situation et le surcabotinage parfois éreintant de son duo vedette, le film préfère s'appuyer sur son constant décalage et un humour flirtant avec l'absurde. C'est bien dans son esprit singulier et presque anarchique que le film constitue une réussite.

Cependant, toute médaille a son revers et la singularité de l'entreprise risque bien de déstabiliser une bonne partie du public peu enclin à adhérer au cynisme ambiant de l'ensemble. Un point heureusement contrebalancé par Eric et Ramzy, véritable point d'ancrage à eux seuls dans un univers mêlant avec plus ou moins d'habilité sourires et grincements de dents.

 

Affiche

Résumé

Vrai/fausse comédie, Steak est un OFNI, réjouissant pour peu qu'on adhère à son ambiance de douce folie.

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire