Critique : Dangereusement vôtre

Laurent Pécha | 22 novembre 2006
Laurent Pécha | 22 novembre 2006

Toutes les bonnes choses ont une fin. À 58 ans, Roger Moore tire sa révérence et laisse enfin son costume de 007 au vestiaire. Pour son tour d'adieu, papy Moore assure le minimum syndical et se contente la plupart du temps d'admirer son doubleur cascade lors des nombreuses séquences d'action de Dangereusement vôtre (Il le reconnaît d'ailleurs indirectement dans son commentaire audio présent en bonus du DVD).

 

D'après Roger, les techniciens français ne bossent pas avant 12h mais lui il ne bossait pas beaucoup sur le plateau...son doubleur cascade oui !
Si déjà à l'époque, l'acteur paraissait bien trop vieux pour le rôle, c'est encore plus criant aujourd'hui et Dangereusement votre souffre avant tout de la performance quasi grabataire de son héros. D'autant plus que face à lui, James Bond a des adversaires à la fois coriaces et diablement charismatiques : Grace Jones et Christopher Walken campent en efet un duo de méchants particulièrement savoureux et bouffent littéralement le pauvre Moore à chacune de leur confrontation.

 

 

Roger avoue dans le commentaire audio qu'il n'aime pas les armes à feu et qu'il clignait des yeux à chaque fois qu'il devait tirer...la preuve en image !
En résulte le désagréable sentiment de voir un Bond qui se fait niveler par le bas à chacune des apparitions de son interprète principal. D'autant plus dommage que les séquences d'action sont plutôt réussies ou du moins dans l'approche de leur conception. Car, malheureusement, il y a les inévitables gros plans sur la star. L'apparition de Roger fait alors constamment basculer toute les diverses scènes mouvementées vers un cinéma mou du genou particulièrement insipide. My name is no more Bond ! ...et la preuve en images :

 

 





 

Résumé

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire