True Lies : critique musclée

Laurent Pécha | 13 mars 2004
Laurent Pécha | 13 mars 2004

James Cameron s'essaye à la comédie d'action avec Arnold Schwarzenegger et Jamie Lee Curtis.

Si on excepte bien sûr Piranha 2, True lies fait figure de parent pauvre dans l'exceptionnelle filmographie de James Cameron. Pour autant, le film est loin d'être raté. Bien au contraire, l'accumulation et le côté excessif des scènes d'action le propulsent vers des sommets de jouissance primitive. Ou quand le visuel emporte tout sur son passage !

 

 

En reprenant le scénario de La Totale de Claude Zidi, Cameron y a vu l'opportunité de faire son James Bond. L'ouverture mouvementée de True lies annonce d'ailleurs parfaitement la couleur. Sauf qu'en comparaison, les aventures de 007 font bien pâle figure. Et pour cause, puisque derrière la caméra, le génie de James Cameron fonctionne à plein régime. Les scènes d'action sont ainsi encore plus explosives et too much que dans n'importe lequel des Bond. Schwarzenegger apporte la pêche qui l'habitait dans Commando, comme l'atteste la scène de destruction de l'entrepôt à coups de mitraillette et lance-flamme.

 

 

Bien sûr, au final, True lies reste bien en dessous du potentiel du réalisateur, la faute à un scénario quasi exclusivement tourné vers le spectaculaire. Même le personnage féminin, ici interprétée par Jamie Lee Curtis (un strip-tease d'anthologie tout de même !), ne possède pas l'étoffe des rôles de femme qu'affectionne le réalisateur d'Abyss. Tant pis, mais cela ne peut nous empêcher d'éprouver un sentiment de défoulement jubilatoire devant un spectacle pyrotechnique de haute volée.

 

Résumé

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Lecteurs

(3.8)

Votre note ?

commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire