Critique : Un roman policier

Jonatan Fischer | 15 avril 2008
Jonatan Fischer | 15 avril 2008

Roman policier ou roman d’amour ? Les deux, semble nous dire Stéphanie Duvivier dont nous suivons ici la première réalisation. C’est ainsi que la violence des cités et la violence des sentiments se mélangent dans un film qui témoigne d’une profonde pudeur.

 

A l’opposé des polars barbares et maniérés, plus proche d’un Police ou d’Un petit lieutenant,  Un roman policier nous entraîne dans le quotidien d’un commissariat pris de court dans une affaire de drogue. Entre ces murs étroits, on réfléchit plus que l’on ne tire, on prend la peine de chercher un sens à sa vie. La tentation de coller à ce premier long  l’étiquette de « polar au féminin » se ferait alors ressentir. Déjà parce qu’il s’agit d’une œuvre intimiste et sensible, mais aussi parce que Stéphanie Duvivier s’arrête volontiers sur son héroïne fliquette. Cette dernière n’a rien du fantasme que pourrait susciter son uniforme. Petite, un peu rondelette, plus très jeune, en pleine traversée du désert dans son couple : dur, dur. Raison de plus pour elle de fantasmer sur le nouveau stagiaire arabe et anticonformiste qui va pour la peine aussi bien chambouler les codes de la Police que du cœur. En s’éloignant de l’enquête policière de routine pour plonger dans la confusion des sentiments, la réalisatrice vise juste et dresse le portrait d’une femme paradoxale, immature et surtout très attachante.

 

Un homme et une femme, une française et un arabe…Un roman policier serait-il le film des mélanges ? Alors qu’une autre histoire mixte entre un flic des stups et une gérante de bar maghrébine se profile, on se dit que oui. Mélange de l’amour, mais aussi mélange des genres : le film brassant polar, drame romantique et cinéma social. Doté d’un scénario très riche, l’œuvre de Duvivier pose un regard lucide et sans complaisance aussi bien sur la vie difficile de la cité et le métier de flic. Lors d’une formidable scène de danse, nos amis policiers se relâchent et oublient la violence du monde qui les entoure. Des policiers qui aiment, qui fument du shit et joue avec l’alarme de la voiture : voilà une réjouissante audace !

 

On regrettera alors que la réalisation se cherche encore, ne parvenant pas toujours à trouver le souffle nécessaire pour accompagner un scénario plein de ressources. Un Roman Policier est en tout cas un premier film prometteur d’une réalisatrice qui a des choses à dire.  Pour une fois qu’aller au commissariat est une partie de plaisir…

Résumé

Lecteurs

(0.0)

Votre note ?

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire