She's Gotta Have It : découvrez le trailer de la nouvelle série politiquement incorrecte de Spike Lee

Alexis Vielle | 4 juillet 2017 - MAJ : 09/03/2021 15:58
Alexis Vielle | 4 juillet 2017 - MAJ : 09/03/2021 15:58

Nola Darling n'en Fait qu'à sa Tête était un de ces films irrévérencieux et sale gosse comme on n'en fait plus. Quand Spike Lee faisait des bons films...

Nola Darling n’en fait qu’à sa tête était l’une de ses petites pépites cinématographiques qu’il faut indubitablement avoir visionné au moins une fois dans sa vie. Second film de Spike Lee, She’s Gotta Have It (titre VO) nous contait les (més)aventures sentimentales de Nola Darling, multipliant les conquêtes masculines dans un Brooklyn défavorisé mais bourré de charme. Entre Mars le cycliste éternel amoureux de la jeune fille, Greer le séducteur tombeur de ces dames, Jamie le trop poli et bien élevé et sa voisine lesbienne qui aimerait bien la faire changer de bord, Nola ne sait plus où donner de la tête. Quelle merveilleuse idée de décider un jour de tous les convier à diner ? Un repas haut en couleur qui s’annonce…

 

Photo

 

 

Le film avait fait polémique à l’époque, raison à ses thématiques trop politiquement incorrectes. La femme était alors au cœur de l’intrigue, elle était indépendante, n’appartenait à aucun homme et ne souhaitait surtout pas le devenir… Lee peignait à l’époque une société cosmopolite, une liberté des moeurs, sans tabou ni jugement. Le film connut un joli succès à l’époque, primé dans plusieurs festivals internationaux et rapporta plus de 7 millions de dollars pour un budget de 175 000.

 



 

Plus de trente ans après, Spike Lee lance donc la série adaptée de son film sur Netflix. Un show de dix épisodes avec DeWanda Wise dans le rôle de la délicieuse Nola Darling. Le bouillant cinéaste se chargera donc de la réalisation ainsi que de la production de la série. 

En espérant qu’il retrouve la fougue et le ton si iconoclaste de sa jeunesse… 

 Arrivée sur Netflix le 23 novembre prochain.

 

Photo spike lee

Spike Lee et Trcay Camilla Johns sur le tournage du film de 1986

 

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Kean
08/07/2017 à 01:49

Ouais bon t'as decidé que non quoi qu'il arrive.
Il n'y a pas que les 24h..
Relis une vieille itw de Kasso a ce propos.
Si ça vient de lui, p-etre que tu finiras par accepter une vraie grosse evidence.
Bonne continuation.

un blasé
07/07/2017 à 17:46

@ kean

Apprends à te relire, tu parles de "total rip off", ce qui sous entends le plagiat par chez moi....
24h dans la vie de quelqu'un, Spike ne l'a pas inventé.....
A part les 24h, il n'ya pas de total rip off.....
Et on a pas besoin de regarder un film américain pour être scandalisé par la brutalité policière pouvant finir par un meurtre.....
Demande à Papon.....

Popomasta
07/07/2017 à 13:38

@Kean

Je souligné la même chose ;)

Kean
06/07/2017 à 23:49

Et je repete que la Haine reste un très grand film (un classique meme) ou Kasso a su parfaitement intégré ses influences (et un magnifique N&B).
Mais qu'on le veuille ou non, La haine n'aurait jamais existé sans Do the right thing.
Pas sous cette forme/narration la tout du moins.

Kean
06/07/2017 à 23:40

Ben tu portes bien ton nom..

Do the right thing: 24h ds la vie d'une banlieue New yorkaise ou on suivra le quotidien de qqes persos qui se finira par la mort accidentelle/bavure d'un des protagonistes par un flic pas très malin, suivi par des emeutes.

La haine: 24h ds la vie d'une banlieue parisienne ou on suivra le quotidien de qqes persos qui se finira par la mort accidentelle/bavure par un flic pas très malin qui sera certainement suivi par des émeutes (meme si celui ci commence par des émeutes et les images d'archive)

Tu pourras retourner le truc ds le sens que tu voudras, c'est factuel.
Maintenant oui, Kasso a changé les persos et situation, Paris et sa banlieue n'étant pas NY comme il avait fait avec Metisse et Nola darling.
Et si pour toi, une des seuls preuves auraient été de voir un perso ds La haine se baladant avec un poste sur l'épaule et s'appelant Radio Raheem, et bien on va retirer la poutre qu'on a ds l'oeil avant de traiter les gens de racoleur.
Ah oui, en cherchant bien sur le net, tu verras que Kasso ne le niait absolument pas.
Bref...

un blasé
06/07/2017 à 18:44

@ Kean

Faudra nous dire où vois tu la trame de "Do The Right Thing" dans "La Haine".....
Pizzaiolo ? Nope
Le perso joué par Spike Lee ? Nope ( peut être y vois tu Tagmahoui, pas moi
Radio Raheem ? Nope
Les papis ? Nope
La bande de Martin Lawrence ? Nope
Cette tension grandissante entre différentes communautés ? Nope La seule fois où on à un tout petit apercu, le vernissage mais c'est incomparable à l'oeuvre de Spike où il développe cette thématique dès le début du film.

Je pourrais continuer comme ca longtemps, mais pour l'instant, je trouve ton propos racoleur, vu qu'il y a aucun développement......

La mise en scène de Scorcese a clairement influencé Kasso, tout comme les idées de Spike, mais Kasso copieur, je trouve ca bien vaseux comme commentaire....

Kean
04/07/2017 à 22:10

@Popomasta
Bien que Metisse etait tres sympathique a regarder, ca reste un total rip-off de Nola darling justement comme la haine l'etait de l'immense Do the right thing.
Spike Lee a litteralement fait Kassovitz et bizarrement, ca reste ses deux meilleurs films (j'ai un vrai faible pour Assassins meme si ct du grand n'importequoi scenaristiquement).
Kasso s'est arrete avec Jungle fever, grand film de Lee egalement..

Popomasta
04/07/2017 à 20:51

Regardez aussi le premier film de Kassovitz! Non pas La Haine, Métisse ;)

Euh!
04/07/2017 à 19:45

Mais le politiquement incorrect de l'époque n'est til pas un peu daté de nos jours?

votre commentaire