Game of Thrones : Hannibal Lecter est dégoûté d'avoir refusé de jouer dans la série HBO

Sophie Sthul | 5 juillet 2016 - MAJ : 09/03/2021 15:58
Sophie Sthul | 5 juillet 2016 - MAJ : 09/03/2021 15:58

Après six saisons au succès mondial, il ne viendrait à l’idée d’aucun acteur de refuser d’apparaître dans Game of Thrones. Mais il n’en a pas toujours été ainsi.

Brian Cox est un des plus éminents acteurs écossais, que vous avez pu voir dans quantité de films et de rôles troubles. Il fut notamment le premier comédien à prêter ses traits au légendaire Hannibal Lecter (dans Le Sixième Sens de Michael Mann), dont il livra peut-être l’interprétation la plus forte.

Malgré une carrière riche et éclectique, l’artiste a refusé de participer à Game of Thrones, comme il l’a expliqué dans les colonnes de Vodzilla.

Game of Thrones

« Bêtement, j’ai refusé lors des débuts du show parce qu’ils ne payaient pas assez. Ils ont nettement plus d’argent aujourd’hui !

J’ai été stupide, parce que je suis complètement accro à la série désormais. Je sais désormais ce qu’ils dépensent, visuellement, le résultat est extraordinaire. Pour de la télévision c’est vraiment extraordinaire. »

On ne sait pas si les showrunners ont encore des rôles à pourvoir pour les deux dernières saisons de la série, mais Brian Cox promet de ne pas faire le difficile !

« S’ils leur reste encore un peu d’argent, je répondrai à l’appel ! »

Game of Thrones

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Oliviou
06/07/2016 à 08:25

"Il fut notamment le premier comédien à prêter ses traits au légendaire Hannibal Lecter (dans Le Sixième Sens de Michael Mann), dont il livra peut-être l’interprétation la plus forte."

J'aimerais assez connaître l'avis de Michael Mann sur ce point. J'aimerais assez savoir dans quelle mesure Michael Mann renie son propre film. Clairement, il était en apprentissage. La direction d'acteurs manque de souffle, la mise en scène de tension, le son est anecdotique, le travail sur la lumière, la déco ou les costumes est faible. À côté du Silence des Agneaux, de Dragon Rouge ou de Hannibal (et malgré leurs défauts), Sixième sens ressemble à un vague téléfilm.
Et l'interprétation de Hopkins (grandement aidée par la mise en scène des réalisateurs successifs) est autrement plus intense que celle de Cox (lourdement handicapé par la mise en scène de Mann).

Michael Mann n'était pas encore le génie qu'il est devenu, ce serait une erreur réévaluer toute son oeuvre à la hausse juste pour asseoir sa position actuelle. Son incroyable progression fait partie de ce qui le rend fascinant aujourd'hui.

Rahan les tape
05/07/2016 à 19:12

Tous les rôles de salaud sont pour sa pomme, il n'y a pas de raison qu'on ne lui en déGoTe pas un dans les 2 ans à venir.

votre commentaire