The Flash Saison 2 Episode 1 : retour gagnant ?

Florian Descamps | 8 octobre 2015
Florian Descamps | 8 octobre 2015

Ça y est ! Après de long mois d'attente et moults teasing, la saison 2 de The Flash est arrivée. Confessions, invités surprise et joyeuses retrouvailles sont au programme de l'épisode.

 

Retour à Central City

Et pour sa reprise, la série repart sur les chapeaux de roues. Six mois après les faits du dernier épisode, Central City est transformée : l'existence de Flash est connue, ses dirigeants en ont fait le héros de la ville et ses citoyens l'acclament à chaque apparition. Alors qu'il est ainsi convié à un « Flash Day » organisé en son honneur et où il recevra les clés de la ville, Barry s'interroge sur sa légitimité à y assister. En mauvaise posture alors qu'il espérait venir à bout du trou noir en fin de saison dernière, c'est en effet grâce à l'aide de Firestorm et notamment au sacrifice de Ronnie Raymond qu'il a réussi à sauver la ville. Est-il donc bien l'homme de la situation ?

 


Une interrogation qui à défaut d'être tranchée, va peser sur la première partie de l'épisode et replonger la série dans certains de ses travers. Alors que Barry est en discussion avec Caitlin au sujet de la manifestation, les scénaristes vont en profiter pour réutiliser le filon déjà bien usé par la série de la veuve éplorée, et obliger le personnage à une nouvelle fois s'apitoyer sur son sort. De figure amicale, Caitlin se renferme donc à nouveau sur elle même et au bout de ce 25ème épisode, commence à tourner en rond.  Un paresse dommageable, d'autant qu'elle vient ici gêner le but intrinsèque de la scène : véhiculer l'émotion autour des confessions d'Harrisson Wells enregistrées sur une clé USB à l'attention de Barry, qui permettront la sortie de prison tant espérée de son père. 

S'il est évidemment trop tôt pour s'autoriser le moindre jugement définitif, on est donc un peu inquiet pour le futur du personnage, le seul, jusqu'ici, à ne pas avoir encore connu d'avancée significative.

 

Atom Smasher et le Professeur Zoom

Avec les réussites de Dwayne Johnson et Dave Bautista au cinéma, les anciens catcheurs se sont faits plus présents dans les milieux audiovisuels et cela se confirme une nouvelle fois, puisque l’antagoniste du jour prend les traits de l’immense Adam Copeland, alias Edge à la WWE. Il incarne le bad guy Atom Smasher, crée en 1983 par Roy Thomas et Jerry Ordway, et apparait ici dans une version du personnage savamment adaptée à l’univers de la série. 


Car si le personnage semble être fidèle à sa version papier, une force de la nature capable de transformer à l'envie sa taille et sa force, ses motivations pour s'attaquer à Barry Allen sont quelque peu différentes : alors qu'il apparait dans le comics comme un super-héros complexe, tiraillé entre ses désirs de justice et son instabilité chronique, le personnage agit ici comme super-vilain sous les ordres d'un certain... Professeur Zoom. On connaissait le génie Harrison Wells avec toujours un tour d'avance sur ses adversaires, en serait-il de même avec l'Eobard Thawne de la dimension parallèle ? 

 

Jay Garrick entre en scène

Autre invité de l'épisode : Jay Garrick. Profitant que Barry et ses équipes se félicitent de la capture d'Atom Smasher dans les locaux de S.T.A.R Labs, Garrick y apparait un message grave à la bouche : « votre monde est en danger ». On sait que le personnage est la première incarnation de Flash dans le comics de 1940, à l'époque porteur d'un simple casque ailé, avant que Barry Allen et son sémillant costume rouge ne les remplacent. Que vient-il donc faire ici ?


Ce sera probablement tout l’enjeu de cette seconde saison : réapparu des années plus tard dans la franchise, Jay Garrick incarnait le Flash du monde parallèle « Terre 2 » avant que les événements du comics Crisis On Infinite Earth de 1985 ne viennent durablement modifier l’univers DC Comics. Barry Allen y côtoyait Arrow et Supergirl au sein d’une mission suicide à l’importance cruciale : sauver Terre 1 et Terre 2 de la disparition après que le grand méchant Anti-Monitor (super-vilain majeur de l’univers DC Comics) ait décidé de s’en prendre au multivers. Le combat s'était alors fini sur une fusion des deux mondes et le chamboulement chronologique du destin de bien des personnages.

Avec les liens connus entre The Flash et Arrow, l'apparition prochaine de Legends of Tomorrow et l'arrivée de Supergirl sur un network concurrent, peut-être tient-on là les prémices d'un univers aux ambitions gargantuesques...

Retour donc mitigé pour ce premier épisode. En dépit des grandes qualités attendues et espérées pour la suite, la série semble ne pas encore avoir totalement évacué ses démons de la saison passée.

commentaires

Bolderiz
10/10/2015 à 11:47

Vu hier soir et je me suis régalé, un premier épisode qui doit "digérer" les 23 précédents ce n'est pas simple! Il pose les bases de départ d'un univers plus complexe, prépare l'arrivée d'un nouveau méchant, bref, c'était bien!!

Grift
09/10/2015 à 00:13

@Gab
Oui surement.

Je viens de voir ce ligne en fin d'article : "Retour donc mitigé pour ce premier épisode. En dépit des grandes qualités attendues et espérées pour la suite, la série semble ne pas encore avoir totalement évacué ses démons de la saison passée." .

Je les avais pas vu tout à l'heure. Car elles répondent à la question.
Me demande si c'est moi qui suis débile ou si elles ont été rajouté entre temps.
.

Gab
08/10/2015 à 20:27

bien aimé ce premier épisode, même si le début est assez poussif

sinon grift le titre est un peu maladroit mais l'article est surtout une critique-résumé du premier episode comme ils le font toujours non?

Ratatak
08/10/2015 à 20:27

Cette saison c'est Gotham qui tient le haut du pavé, les 3 premiers épisodes sont déjà justes "Whoaaa" plus rien à voir avec le procédural un peu mou de la saison précédente.

Grift
08/10/2015 à 20:02

Euh et donc ? Retour gagnant ou pas ?!
C'était pas l'enjeu de l'article ?

votre commentaire