Fear the Walking Dead sera très différent de Walking Dead, c'est promis.

Christophe Foltzer | 24 août 2015
Christophe Foltzer | 24 août 2015

Depuis son annonce, Fear the Walking Dead suscite autant d'excitation que de craintes même si elle nous promet de ne pas être un simple copié-collé de la série-mère. Du moins, c'est ce qu'on espère.

Tandis qu'AMC a diffusé le pilote de Fear the Walking Dead il y a quelques heures et que le premier extrait ne convainquait pas vraiment car trop proche de 28 jours plus tard, l'un des showrunners de cette nouvelle série, Dave Erickson, a confié il y a peu de temps au Hollywood Reporter que le nouveau show différerait beaucoup du matériau d'origine et que le public n'aura pas l'impression de revoir ce qu'ils ont déjà vu. Il a donc instauré un certain nombre de règles pour ne pas tomber dans cet énorme piège pourtant si évident. 

Tout d'abord, la cause de l'infection ne sera pas révélée, tout comme elle est inconnue dans le comics : "J'avais quelques idées concernant la cause, mais Robert Kirkman (ndlr : créateur du show et du comics) les a refusé. Pour lui, le plus important n'a jamais été de savoir ce qui a causé l'infection, mais de découvrir ses conséquences sur les personnages." Et, pour rester dans le sujet, il n'y aura jamais la question du vaccin qui se posera : "Pas d'explication, pas de vaccin."

 

 

Dans le même ordre d'idée, il ne faut pas s'attendre à ce que nos nouveaux héros ne croisent la route d'un personnage de la série-mère ou du comics : "L'idée de voir un personnage d'origine apparaitre à Los Angeles avant de partir pour la Géorgie est intéressante. Mais je ne pense pas qu'on va le faire."

L'un des grands changements par rapport à Walking Dead devrait être la facilité avec laquelle on peut tuer un zombie. Dès le départ, Kirkman aurait fait un parallèle entre le nouveau show et le début de la série-mère en mettant en exergue que cette fois, tuer du mort-vivant ne sera plus aussi facile, parce que "c'est difficile de tuer un être humain." Histoire d'éviter le souci de cohérence, l'équipe se réfugie derrière une explication un peu fumeuse mais qui a le mérite de trouver une petite justification : nous assistons aux premières heures de l'infection, l'état physique des victimes ne s'est pas encore trop détérioré, le crâne reste donc encore solide.

 

 

Enfin, dernier détail et pas des moindres, l'appellation des zombies. Dans le comics et Walking Dead, le mot "zombie" n'est jamais prononcé, remplacé par le terme "walkers". Mais il ne faudra pas s'attendre à ce que Fear the Walking Dead fasse de même puisque la menace devrait connaitre une nouvelle appellation, encore gardée secrète : "Nous ne les appelons pas "walkers", nous utilisons un parlé West Coast beaucoup plus cool."

Tout cela assurer-t-il à la série le succès qu'elle vise ? Saura-t-elle vraiment renouveler un genre aujourd'hui ultra codifié ? Réponse très bientôt dans notre critique. 

 

 

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire