The Flash, saison 1 épisode 12 : critique et résumé

Florian Descamps | 4 février 2015
Florian Descamps | 4 février 2015

L'heure est à la remise en question dans The Flash. Alors que Barry et Caitlin décident de laisser derrière eux leurs chagrins d'amour, Cisco enquête sur la disparition de son ami et ex-collègue de S.T.A.R Labs, Ronnie Raymond.

Vitesse et précipitation

Après avoir résolu le problème Piper la semaine dernière, le quotidien de Barry Allen est moins agité. Vacant à ses occupations ci et là, il est toutefois rapidement confronté à une nouvelle menace : appelé par la CCPD à la prison d'Iron Heights suite à une évasion suspecte, il découvre l'existence d'un nouveau méta-humain : Shawna Baez.

Enième victime de l’accident provoqué par S.T.A.R Labs, la jeune femme, désormais dotée du pouvoir de téléportation, fait évader son compagnon de prison et est bien décidée à ne pas en rester là. L’heure est donc au crime à Central City, et à l’image de la première confrontation entre Shawna et Barry, Flash n’est plus la personne la plus rapide en ville.

Heureusement pour notre héros, trahie par son petit ami et affaibilie par sa faille découverte par le Docteur Wells, Barry arrive rapidement à en venir à bout. Puisque Flash semble aimer recycler et ramener sur le devant de la scène des personnages secondaires, notamment ses antagonistes, on espère que miss Baez va rapidement revenir au premier plan.

Oui c'est un voeux pieux mais voilà une jeune femme électrique qui pourrait renouveler un peu la romance entre Barry et sa keupine, appelée à faire du surplace pendant encore plusieurs saisons. Et comme elle très bien interprétée, on en redemande.

Cisco, Rathaway, et Ronnie Raymond

Cisco pensait Pied Piper hors d'état de nuire la semaine dernière. Cela n'aura malheureusement pas duré longtemps. On le sait, le jeune scientifique cache un lourd secret à Caitlin depuis l'explosion qui transforma la ville : en poste cette nuit-là au laboratoire, il est celui qui prit la responsabilité de fermer la porte du réacteur, condamnant ainsi Ronnie et l'idylle qu'il entretenait avec elle. Un passif qui n'aura évidemment pas échappé à Rathaway.


Mimant un moment de complicité avec Cisco durant lequel il lui révèle la nature du personnage de F.I.R.E.S.T.O.R.M, ce dernier réussit à échapper à son contrôle et à s'évader. Qu'à cela ne tienne, les révélations sont faites : si Ronnie Raymond n'est pas mort, il est peu probable qu'il soit à nouveau lui-même. L'onde de choc provoquée par l'explosion l'a fusionné à un autre employé de S.T.A.R Labs présent cette nuit-là, le professeur Martin Stein.

Si l'épisode en reste là, il n'est pas compliqué d'en supputer davantage. Prix nobel, expert du nucléaire et génie de S.T.A.R Labs, Stein se cache dans le comics original derrière les travaux qui ont donné vie aux pouvoirs de clonage de Danton Black, vu précédemment dans la série. Voilà qui pourrait augurer d'un nouvel arc narratif aussi sombre qu'excitant.

Caitlin - Barry, c'est pour la vie

Happés par ces révélations, on oublierait presque un autre virage pris par les scénaristes. Rapprochés par leurs problèmes sentimentaux, Caitlin et Barry sortent écumer les bars, et, après une jolie mais trop courte scène de karaoké, se font une promesse : exit la lamentation, le regard en arrière ou l'amour contrarié, l'heure est au renouveau. Si Caitlin inaugure la résolution avec une soirée trop alcoolisée, Barry a un peu plus de chance.

On ferait bien remarquer à Barry que quand ta meilleure copine se met une grosse caisse juste après avoir expliqué combien c'était super de rester juste amis, c'est que bon... bref...

Seul au bar, une étrange et belle inconnue le charme et lui laisse ses coordonnées. Il n'en fallait pas moins au jeune légiste pour entamer une idyille et présenter à Iris sa conquête. Et comme le laisse à penser la réaction teintée de jalousie de cette dernière, cela pourrait bien être annonciateur d'un prochain triangle amoureux.

En un seul épisode, la série rebat complètement les cartes des intrigues amoureuses. Il y a désormais non pas deux, mais trois prétendantes au titre de girlfriend du héros !


En délaissant ses enjeux pour éclairer les coins sombres de ses personnages, la série confirme donc une nouvelle fois l'angle pris par ses scénaristes. Un bon divertissement passe d'abord par de vraies intrigues secondaires et des liens forts entre les personnages. Comme en témoigne cet épisode, les scénaristes de Flash ont l'intention de tisser une toile complexe et vivante autour de leur héros. Voilà qui est bien.

Tout savoir sur Flash

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire