Martin Freeman révèle enfin pourquoi Sherlock prend autant de temps pour revenir

Christophe Foltzer | 20 janvier 2015
Christophe Foltzer | 20 janvier 2015

Sherlock est l'une des meilleures séries du monde, il n'y a pas à discuter. Par contre, à raison de trois épisodes tous les deux ans, c'est aussi l'une des plus frustrantes.

Remis de son périple en Terre du Milieu, Martin Freeman, alias Watson dans la série, a expliqué à The Independent pourquoi c'était une bonne chose que Sherlock se fasse autant désirer. La raison se tient, mais elle risque de ne pas faire que des heureux :

"C'est très intermittent, et c'est ce qui pour moi la rend faisable. Je ne sais pas ce qu'il en est pour Benedict Cumberbatch, mais en ce qui me concerne, elle perdrait beaucoup de son intérêt si on faisait de nouveaux épisodes tous les 8 mois, ou tous les ans. Elle perdrait un peu de son éclat."

Alors bien sûr, vu la qualité de l'équipe impliquée, les attentes sont à chaque fois démesurées et la déception quasiment jamais au rendez-vous, mais quand même, trois épisodes tous les deux, ce n'est plus de l'attente, c'est de la torture.

Et dans les choses rigolotes qui compliquent la production, outre l'agenda surchargé des stars, il faut maintenant compter avec la foule de fans, majoritairement des femmes, qui investissent les lieux de tournage. La rançon de la gloire.

Tout savoir sur Sherlock

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire