Mad Men saison 7 épisode 5 : Critique The Runaways

Geoffrey Crété | 12 mai 2014
Geoffrey Crété | 12 mai 2014

Mad Men s'apprête à fermer ses portes avec une saison 7 scindée en deux parties, diffusée entre 2014 et 2015. Tombé dans les pièges de sa propre mécanique au fil des saisons, Matthew Weiner va t-il réussir à clore en beauté l'une des séries les plus marquantes de la décennie ? Nouveaux éléments de réponse dans l'épisode 5, The Runaways.

ATTENTION SPOILERS

 

Avis :

Don is back. L'épisode 5 ressemble à une première victoire pour le héros, enfermé dans un nuage dépressif depuis le début de la saison. En miroir, Lou commence à s'écrouler, signe que Don Draper semble bel et bien en place pour retrouver les honneurs. La mécanique est simple, presque trop limpide pour être convaincainte, mais le plaisir demeure : Draper est un prédateur, et sa place est face à ses futures proies.

En marge, le personnage de Betty se rapproche d'un arc dramatiquement satisfaisant : effleurée lors de sa première apparition de la saison lors d'une discussion avec une amie, l'idée que l'ex-femme de Don ne va plus se contenter de son statut de belle plante se confirme. La dispute avec Sally, définitivement l'un des personnages les plus intenses de Mad Men, est sans aucun doute l'une des scènes fortes de l'épisode.

Mais le vrai coeur de l'épisode s'est déplacé ailleurs, vers un personnage secondaire jusque là assez banal : Ginsberg. Alors que la série, focalisée sur les drames des héros, laisse naturellement les autres protagonistes dans l'ombre de l'anonymat fictif, il explose dans une crise de paranoïa aigüe, à la fois drôle et terrifiante. La vision de son "cadeau" à Peggy donne à la dernière saison de Mad Men une saveur amère, comme l'annonce cauchemardesque d'une chute inexorable pour les héros. En plus de donner au titre de la série une tout nouveau sens, bien moins métaphorique qu'à l'accoutumée. 

 

 

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire