Hannibal saison 2 épisode 6 : Avis

Geoffrey Crété | 7 avril 2014
Geoffrey Crété | 7 avril 2014

La deuxième saison de la série Hannibal s'apprête à entrer dans sa seconde moitié. L'étau se resserre autour du cannibale dans l'épisode 6, Futamono.

ATTENTION SPOILERS

Avis :

Avec Will au second plan, remplacé par Jack qui rassemble les pièces du puzzle, la deuxième saison se rapproche de la fameuse scène d'ouverture du premier épisode, où Hannibal est démasqué par Crawford. Ce compte à rebours, grâce à un suspense bien ficelé, procure donc un irrésistible plaisir : celui de voir les personnages lutter les uns après les autres avec un ennemi d'une intelligence fascinante (il mène Jack à Miriam pour le plaisir de le manipuler), sans avoir la moindre garantie d'en réchapper.

Après avoir été écartée des premiers épisodes, Alana retrouve enfin un rôle dans l'histoire. Un choix qui s'impose après la mort de Beverly, d'autant qu'elle sert d'instrument de torture à Hannibal : il utilise l'attachement que Will a pour elle pour le déstabiliser, la séduit comme celui-ci n'a jamais pu le faire malgré leur attirance réciproque, et en fera un alibi parfait pour couvrir son nouveau meurtre.

Plus encore que le meurtre central, moins traumatisant et détaillé que la ruche humaine de l'épisode 4, ce nouvel épisode se rapproche des films. Pour la première fois, le surnom de "Hannibal le cannibale" est prononcé par Chilton, qui précise pour le clin d'oeil : "Vous verrez, c'est comme ça qu'on l'appellera". Les puits que Jack découvre dans la maison rappellent sans nul doute celui de Buffalo Bill dans Le Silence des agneaux. Enfin, la scène du dîner, où Hannibal offre à Gideon sa propre cuisse à déguster, rappelle le monstrueux repas du film Hannibal, où Paul Krendler goûte son propre cerveau. Avec une note de poésie à créditer à la série lorsque Hannibal déclare : "La tragédie n'est pas de mourir, mais d'être gâché".

En outre, la série, qui conserve toute sa beauté plastique, s'essaye avec brio à de nouveaux effets avec un raccord mémorable sur le visage d'Alana, ainsi qu'une superbe séquence au ralenti. De quoi rappeler que Hannibal reste l'un des plus beaux objets de la télévision actuelle.

 

 
 

 

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Vous aimerez aussi

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire