Judd Apatow et les Simpsons : le script qui a défini sa carrière

Alan Le Gall | 12 novembre 2012
Alan Le Gall | 12 novembre 2012

Chez Judd Apatow, les films ont tous un dénominateur commun, des protagonistes contraints de quitter leurs façons de vivre et d'endosser leurs responsabilités. En témoigne Steve Carell dans 40 ans toujours puceau, Seth Rogen dans En cloque, mode d'emploi, Adam Sandler dans Funny People et le couple Pete et Debbie (interprétés respectivement par Paul Rudd et  Leslie Mann, Mme Apatow dans l'intimité) dans This is 40, prochain film du réalisateur, prévue pour le 6 février prochain chez nous. Lors d'une récente projection du long-métrage, le scénariste / réalisateur / producteur est revenu sur son premier script : un épisode des Simpsons.

En effet, après seulement cinq épisodes diffusés, Judd Apatow décida de rédiger le scénario d'un épisode alors qu'il était âgé d'une vingtaine d'années. L'épisode racontait comment la plus célèbre famille américaine allait voir un spectacle d'hypnotisme, Homer en candidat, régressait et pensait qu'il avait le même âge que Bart. Mais l'hypnotiseur subissait une crise cardiaque. De ce fait, Homer toujours sous hypnose devenait le meilleur ami de Bart. Le reste de l'épisode les montrait en train de s'enfuir puisqu' Homer ne voulait pas accepter ses responsabilités. « J'ai tout simplement recopié ce schéma pour chacun de mes films depuis » cite le réalisateur. Malheureusement son scénario n'a jamais été retenu. Et curieusement, alors que tous les plus grands noms de la comédie US ont déjà participé à l'émission, Judd Apatow est l'un des rares à briller par son absentéisme. Il a pourtant contribué à des shows tels que The Larry Sanders Show, The Ben Stiller Show, The Critic, et a crée au passage deux séries, Freaks and Geeks et Undeclared. Peut-être verra-t-on un jour le script ressortir d'un tiroir ?

 

 

 
 
 
 

 

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire