La Cauetidienne se brûle

Julien Foussereau | 4 février 2008
Julien Foussereau | 4 février 2008

Il faut bien l'admettre, les affaires tournaient pour Cauet. Plébiscité par divers sondages comme « animateur préféré des Français », Cauet alignait audience record pour sa Méthode à l'humour consternant, un burger gras et étouffe-chrétien portant son nom et une publication mensuelle à faire passer FHM pour Psychologies Magazine. Rien de surprenant quand on sait que nombre d'animateurs producteurs n'ont pas hésité avant lui à ratisser large... mais peut-être avaient-ils ce minimum syndical de respect lorsqu'ils nous faisaient prendre des vessies pour des lanternes. Cauet revendique l'ahurissante beaufferie de ses contenus, Cauet interloque par sa prétentieuse mégalomanie (se comparer à Coluche et De Funès...) et considère ces détracteurs comme des « ...sales intellos lecteurs de Télérama ! »

 

Et un beauf incontournable, cela devient rapidement pénible. Même pour TF1, la chaîne vendant du temps de cerveau disponible ! Fort de sa domination sans partage le jeudi en deuxième partie de soirée et même pas érodé par l'arrêt brutal de son revival navrant des Muppets, Cauet serait devenu au fil du temps de plus en plus gourmand. Et TRES capricieux. Sa Cauetidienne (« T'es pas cap ! » rencontre le scatologique de Morning Live façon Youn : au secours !), c'était son bébé. Il l'a défendu bec et ongles face à une direction des programmes TV plus que réticente qui a laissé traîner les choses pendant un trimestre. Jusqu'à son lancement début 2008.

 

Le roitelet actuel du PAF espérait redéfinir les codes attractifs de la tranche horaire 17h-19h, celle habituellement fréquentée par les collégiens et lycéens fans du comique bas de plafond, à grands coups de baignade en aquarium infesté de piranhas et autres stupidités auto satisfaites du même tonneau. Heureusement pour nous, il y a un Dieu des ondes hertziennes ! La Cauetidienne est un échec cinglant, les audiences ne cessent de plonger. L'occasion étant trop belle, TF1 a programmé la mort de l'émission le 15 février prochain ainsi qu'une renégociation des contrats liant l'animateur à la chaîne. Envisagerait-on aussi de passer à la trappe ce projet de film sur un DJ auvergnat se révélant à Ibiza ? Si tel était le cas, nous ne remercierons jamais assez la chaîne de tenir cet énergumène éloigné du 7eme art. Peu de chances, en revanche, que l'existence de La Méthode Cauet soit remise en cause vu ses excellents scores.

 

Consolons nous quand même avec cette mésaventure. Lors d'un enregistrement de La Cauetidienne, Cauet s'est brûlé la plante des pieds au deuxième, voire au troisième degré, en courant sur des braises. En espérant que ce numéro ne soit jamais diffusé (quitte à s'être infligé pareille blessure pour une émission à la vie plus que courte, autant que ce soit pour des prunes !), souhaitons que Cauet réalise par cette vive douleur que d'autres en sont morts de façon industrielle, dans de grands brasiers comme Auschwitz, qui étaient tout sauf des camps de vacances. (cf. l'interminable blague soit-disant désopilante du sieur Cauet vendant des vacances dans le camp de la mort parce que bien chauffé, du temps où il officiait sur Fun Radio en 1994. Arthur pardonne, moi pas.)

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Vous aimerez aussi

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire