How I Met Your Father : le spin-off d'HIMYM sur Disney+ a-t-il une raison d'exister ?

Déborah Lechner | 17 mai 2022
Déborah Lechner | 17 mai 2022

Disney+ vient d'ajouter à son catalogue, le 11 mai, la première saison d'How I Met Your Father, le spin-off d'How I Met Your Mother, et comme on pouvait s'y attendre, la série n'a absolument aucun intérêt. 

Si Walker, Texas RangerCharmedMagnum, DallasMacGyver, Gossip Girl, Le Prince de Bel-Air - et bientôt Code Quantum - ont eu droit à leur reboot, il n'y a rien de surprenant à ce qu'une sitcom aussi populaire qu'How I Met Your Mother se fasse aussi lifter. Mais rien d'excitant ou de rassurant non plus. Même si le développement a commencé en 2013 avec Greta Gerwig dans le rôle principal, HIMYF avait a priori tout du spin-off insipide sorti de nulle part que personne n'a attendu ou demandé.

Et effectivement, il a fallu moins de deux épisodes - même si on a (courageusement) visionné les 10 - pour confirmer que la série d'Isaac Aptaker et Elizabeth Berger n'a aucune sorte d'intérêt, de près ou de loin. 

Attention : spoilers !

 

How I Met Your Father : photo"À la future annulation"

 

TOO OLD FOR THis shit

Vous l'aurez compris, How I Met Your Father ressert le même concept qu'How I Met Your Mother, mais avec la Sophie d'Hilary Duff en nouvelle Ted Mosby. Si le titre n'est pas suffisant pour deviner le décalque peu inspiré qui se cache derrière, le générique d'ouverture qui reprend le même thème musical est un indice de plus. Et si le doute persiste, le premier épisode sert carrément de pièce à conviction.

Entre la demande en mariage et le tour en taxi empruntés au pilote original, la bande d'amis dans un cadre new-yorkais enjolivé, le bar QG, le tempo comique formaté, les rires pré-enregistrés et la réalisation multicam basique - assurée par Pamela Fryman, la réalisatrice de la quasi-totalité des épisodes d'HIMYM-, la série dégage un anachronisme déroutant

Contrairement au génial Pleasantville, ou aux influences de WandaVision, HIMYF se contente de singer paresseusement les codes narratifs et visuels d'une sitcom déjà datée au moment de sa sortie, sans chercher à jouer avec, à les transcender ou les commenter. En reprenant des poncifs obsolètes sans recul ni valeur ajoutée par soi-disant "hommage", HIMYF s'est elle-même rangée du côté des sitcoms ringardes, sans identité ni ambition. Mais c'est encore pire sur le fond que la forme.

 

How I Met Your Father : photo, Hilary Duff, Tom Ainsley, Suraj Sharma"Ça vous dit après un reboot de Lizzie McGuire ?"

 

LE CHANGEMENT, C'EST PAS MAINTENANT

HIMYF se démène pour se démarquer de son aînée en surexplicitant ses quelques partis pris, en particulier son casting plus inclusif qui coche des cases, mais sans plus de caractérisation.

Même s'ils sont moins borderline, les nouveaux personnages ne sont que des versions mâchées et recrachées du précédent casting : Sophie et Jesse sont des paumés romantiques comme Ted ; Valentina est aussi nymphomane que Barney et indécise que Robin ; Charlie est aussi simplet que Marshall et coquet que Barney ; Ellen drague autant que Barney, mais avec autant de réussite que Ted ; Sid et Hannah sont aussi amoureux que Marshall et Lily... Cette nouvelle galerie de protagonistes n'apporte donc rien qui n'a pas déjà été vu ailleurs (et en mieux). 

 

How I Met Your Father : photoUn peu de Barney par-ci, un peu de Marshall par-là 

 

HIMYM pouvait compter sur sa dynamique de groupe, le talent de la distribution et ses scénarios insolites pour gagner assez rapidement l'affection et l'attention du public, mais HIMYF n'a rien de comparable à offrir, hormis peut-être Christopher Lowell. L'acteur apporte assez de chaleur pour ne pas tomber en hypothermie (avec en bonus le doublage français de Donald Reignoux). Autrement, l'humour est trop sage et convenu, les comiques de situation sont moins poussés, les vannes sont moins percutantes et les déboires sentimentaux et existentiels des personnages sont à mourir d'ennui.

L'autre différence est le changement de point de vue en 2050, puisque c'est cette fois Sophie qui est face caméra. Sauf que là encore, cette nuance n'apporte rien, sinon de se focaliser davantage sur cette mère de famille qui n'a de toute façon rien d'intéressant à raconter. Le plus dommage est que la trame est plus resserrée, avec une meilleure gestion du concept de base et moins de tergiversations pour une direction plus claire. Mais après 10 épisodes, on se fiche pas mal de savoir comment Sophie va trouver l'homme de sa vie, ni même qui il est. 

 

How I Met Your Father : photo, Hilary Duff, Francia RaisaBad Buzz

2.0

Le seul intérêt de la série, ou plutôt sa seule raison d'exister, est son traitement de problématiques plus contemporaines : comprenez les réseaux sociaux, les applications de rencontres et YouTube. Pour s'inscrire dans son époque en dépit de son look démodé et de son humour daté, la série empile les références culturelles "à la mode", de Dua Lipa à Kim Kardashian en passant par Timothée Chalamet, et se contente de disséminer les mots "selfie", "Uber", "photo de profil" ou "unboxing" dans des dialogues aussi vides que gênants. 

Là encore, la série ne prend jamais de hauteur par rapport à son suje. Elle fait juste état de quelques généralités et banalités traitées avec humour comme l'addiction au smartphone, le stalking à double tranchant ou les mirages d'Instagram. Tout ça pour suivre Sophie mièvre à outrance qui se demande si elle pourra trouver l'homme de sa vie sur Tinder et si tout compte fait, les écrans ne l'empêchent pas de vivre sa vraie vie. Et ce n'est même pas un peu exagéré.

 

How I Met Your Father : photo, Cobie SmuldersDe quoi faire un peu plus regretter la série originale

 

Enfin, même les fans inconditionnels d'HIMYM n'auront pas grand-chose à se mettre sous la dent à part une scène racoleuse avec Cobie Smulders, le caméo du Capitaine qui passera sûrement au-dessus des spectateurs plus occasionnels. Sans oublier tous les clins d'oeil qui n'apportent rien de plus à cette série qui n'avait aucune raison de sortir du tiroir après l'annulation du projet en 2013.

Tout savoir sur How I Met Your Father

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Christian B
19/05/2022 à 22:52

Pas besoin d'un article, la réponse est non.

Hdeuzo
17/05/2022 à 19:52

Tout à fait d'accord avec Kelso. J'avais très peur de me retrouver avec une série vraiment pas terrible qui profite de la renommée de la précédente, mais c'est mieux que redouté.
Après, ce n'est pas la série de la décennie et ce n'est pas (encore ?) au niveau de la série mère. Mais comme expliqué, une saison de 10 épisodes de 20 minutes, c'est trop peu pour s'immerger dedans et adhérer aux personnages qui ne sont du coup pas assez développés. Et puis, c'est juste une première saison.
Ça devrait effectivement être une série avec 1 épisode par semaine comme le fait Disney ou Amazon par exemple.
Je lui laisse sa chance de mon côté, même si pas d'impatience particulière.

Ozymandias
17/05/2022 à 18:54

Mouais non merci !

Kelso
17/05/2022 à 18:43

Pourquoi dire que la série est datée car c'est un sitcom multi-caméra? C'est un genre en sois, les décors, les rires etc et qui à toujours sa place et beaucoup d'amateurs (dont je fais partie), en France effectivement ce genre de sitcom à toujours eu du mal à s'imposée malgré quelques exceptions (Friends en tête).
Pour parlé de cette suite à HYMYM, bah c'est pas si mal, j'ai regardé les 10 épisodes et en fait c'est trop peu, je pourrais faire une longue explication sur ce problème et le fait que toutes les nouvelles sitcoms en 10 épisodes par saison se plantent sur les plateformes de streaming, en gros il en faut plus pour s'attacher aux personnages, une sitcom ça doit te suivre tout au long de l'année, avec des épisodes spéciaux au fêtes, ça doit être ta bande de potes de la télé que tu aime retrouver chaque semaine. Je crois que c'est le genre qui a le plus de mal à s'adapter au streaming où on a tout en une fois. Sinon le casting est plutôt sympa même si j'ai beaucoup de mal avec Hilary Duff, l'humour est correct mais pas fou fou, et c'est sympa de retrouver l'appart de Ted et Marshall (reloué par les nouveaux) ainsi que le McLarren dans le dernier épisode (avec tjs Carl au bar et un petit coucou de Robin).
Bref pas si mal, et comme la série est renouvelée je continuerais sans doute a regarder.

votre commentaire