The Sandman : Netflix complète son casting pour l'adaptation du comics de Neil Gaiman

Raphael Iggui | 27 mai 2021 - MAJ : 09/06/2021 11:58
Raphael Iggui | 27 mai 2021 - MAJ : 09/06/2021 11:58

L’adaptation du comics de Neil Gaiman par Netflix étoffe son casting avec une pelletée de nouveaux noms.

Hollywood est une industrie aussi fascinante que vampirique, capable d’adapter des jouets en plastique comme de grands auteurs de la littérature contemporaine. Neil Gaiman fait partie des monuments de la pop culture nord-américaine, mais c’est sur le petit écran que ses œuvres auront véritablement pu prendre vie.

Après American Gods sur Starz et Good Omens sur Amazon Prime Video, c’est au tour de Netflix de se lancer dans l’adaptation d’une de ses œuvres phares : The Sandman. La série de romans graphiques va en effet avoir le droit à son adaptation sous la forme d’une série. Une partie du casting avait déjà été révélé en janvier 2021, et la suite vient d'être annoncée. La plateforme a notamment révélé l'identité de Mort, Désir et consorts à travers un tweet.

 

Un mélange d'illustres comédiens et d'illustres inconnus qui se croisent et s'entrecroisent dans une grande toile de personnages plus ou moins connectés. Ainsi, Kirby Howell-Baptiste (The Good PlaceWhy Women Kill...) incarnera la Mort, la soeur la plus sage de Dream et l'une des 7 éternels, sorte d'entités supérieures aux Dieux, mais au comportement proche des mortels. Sur ces 7 figures, on retrouvera également Désespoir et Désir, respectivement incarné par Donna Preston (Les Animaux fantastiques : Les Crimes de GrindelwaldHitman & Bodyguard) et Mason Alexander Park (prochainement à l'affiche de Cowboy Bebop).  

 

photo, Kirby Howell-Baptiste, Reid ScottKirby Howell-Baptiste  

 

Joely Richardson (Event Horizon - Le vaisseau de l'au-delàNip/Tuck) prendra le rôle d'Ethel Cripps, une voleuse de haut vol aux nombreuses identités dont la version rajeunie sera jouée par Niamh Walsh (Good OmensJamestown...). Son fils, mentalement instable, dangereux et en quête de vérité, aura les traits du fameux comédien David Thewlis (Harry Potter et le Prisonnier d'AzkabanFargo...).

 

photo, Joely RichardsonJoely Richardson 

 

La nouvelle arrivante Kyo Ra jouera Rose Walker, une femme cherchant à retrouver son frère, partageant un lien profond avec Dream dont aucun des deux ne peut se défaire. Son mentor sera joué par Stephen Fry (V pour VendettaLe Hobbit : La Désolation de Smaug) tandis que Razane Jammal (Carlos comme Bad Buzz, allez comprendre) incarnera sa meilleure amie et compagne de périple, Lyta Hall.

 

photo, Razane JammalRazane Jemmal 

 

Sandra James-Young (His Dark Materials : À la croisée des mondes) sera Unity kincaid, une mystérieuse héritière et bienfaitrice de Rose Walker. Patton Oswalt, désormais rompu au doublage de comics depuis Happy !fera la voix de Matthew, le corbeau-émissaire de confiance de Dream.

Enfin, Jenna Coleman (Doctor WhoLe Serpent) incarnera ni plus ni moins que Johanna Constantine, exorciste tourmentée qui travaille comme "mercenaire de l'occulte". Oui oui, Constantine comme John Constantine puisque Johanna est en fait son arrière-arrière-arrière grand-mère. C'est fou comme le monde (des comics) est petit. On vous parlait d'ailleurs du film dans un dossier plus complet, sachant qu'il devrait avoir le droit prochainement à sa série de son côté également... cette fois sur HBO Max.

 

photo, Jenna-Louise ColemanJenna-Louise Coleman 

 

Un casting varié, dominé par l'Union Jack, entre acteurs confirmés, visages familiers et débutants prometteurs donc pour cette adaptation qui donne très envie. Au-delà de cette liste aussi intrigante qu'alléchante, l'association des deux producteurs exécutifs David S. Goyer (The Dark Knight) et Allan Heinberg ( Wonder Woman) donnent d'autant plus envie d'y croire (on va faire comme si Blade : Trinity n'avait jamais existé). 

Netflix n'a toujours pas annoncé de date de sortie, il faudra donc prendre son mal en patience avant de pouvoir accompagner Dream dans ses tribulations. En attendant, vous pouvez toujours vous frotter à l'univers de Neil Gaiman avec les trois saisons inégales d'American Gods ou plus récemment, la bonne surprise Good Omens. Et si vous êtes juste curieux de savoir pourquoi la présence de David S. Goyer semble aussi effrayante que rassurante, on vous invite à lire notre retour sur l'infâme Blade Trinity.

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Jojo
27/05/2021 à 16:18

On nous révèle aussi leurs pronoms visiblement !

votre commentaire