Game of Thrones : le spin-off House of Dragon sera bien moins violent envers les femmes

La Rédaction | 15 mars 2021 - MAJ : 25/03/2021 11:27
La Rédaction | 15 mars 2021 - MAJ : 25/03/2021 11:27

L’actrice Olivia Cooke a dévoilé que le spin-off de Game of Thrones allait évoluer dans sa peinture des violences faites aux femmes.

Après le succès gargantuesque de Game of Thrones, HBO n’a pas eu l’intention de perdre sa poule aux œufs de dragon, et a décidé d’adapter d’autres livres de l’auteur George R.R. Martin. Si la chaîne câblée a mis en chantier plusieurs projets, le plus avancé demeure House of the Dragon, un spin-off dédié à la maison Targaryen, de sa toute-puissance à sa chute, c’est-à-dire bien avant la naissance de Daenerys.

Pour autant, la branche de Warner Bros. a aussi pris conscience des nombreuses polémiques qui ont émaillé Game of Thrones au fil des ans, notamment sur la représentation des violences sexuelles faites aux femmes. Entre le viol de Daenerys par Khal Drogo dans la saison 1 ou celui de Sansa Stark par Ramsay Bolton dans la saison 5, la série a choqué à plusieurs reprises le public, d’aucuns ayant jugé ces choix narratifs gratuits, sans parler de l’âge très jeune des victimes.

 

Photo Indira VarmaNotre tête devant le viol de Sansa...

 

C’est en tout cas l’opinion partagée par Olivia Cooke. L’actrice de Ready Player One incarnera dans House of the Dragon la reine Alicent Hightower, la seconde épouse du roi Veserys 1er Targaryen. Alors que le tournage de la série devrait débuter en avril 2021, la comédienne s’est entretenue avec The Telegraph, et a assuré que la production allait éviter ces séquences de violences sexuelles, sans quoi elle n’aurait sans doute pas rejoint le casting :

“Je ne serais pas à l'aise à l'idée de participer à un projet qui montre sans raison des violences graphiques et choquantes envers les femmes, ou juste parce qu’il veut faire saliver les spectateurs. J’ai eu assez de chance pour lire le scénario du [prequel] en amont, et l’écriture a beaucoup changé depuis les premières saisons [de Game of Thrones]. Je ne pense pas qu’il serait sain d’inclure ce genre de choses désormais.”

 

Photo Olivia CookeOlivia Cooke dans Ready Player One

 

Débutée en 2011, Game of Thrones a traversé à sa manière le mouvement #MeToo, comme en a attesté l’évolution de son écriture, y compris sur son spin-off à venir. Néanmoins, cette hiérarchisation de la violence n’est-elle pas un problème à part entière, surtout dans un univers aussi peu accueillant que celui de Westeros ?

Bien évidemment, il nous est impossible d’avancer une réponse définitive à cette question complexe, d’autant plus que les scènes de viol de Game of Thrones sont encore sujettes à débat. Ce qui est sûr, c’est qu’on a hâte de pouvoir jeter un œil à cet ambitieux projet, qui devrait sortir courant 2022. Vous pouvez d’ailleurs retrouver notre article sur le riche casting qui va accompagner Olivia Cooke.

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Birdy 'n Fire
16/03/2021 à 09:49

Le lapsus a du sens mais "récoltée" = révoltée

Birdy 'n fire
16/03/2021 à 09:48

Cette série ne veut surtout prendre aucun risque de passer à côté du public le plus large possible. Donc la prod prévient que ça respectera les conventions actuelles : pas touche aux minorités récoltées du moment. Elles ont carrément le droit dans le monde réel, mais c'est dommage d'oublier que la fiction peut respecter les femmes autrement qu'en évitant viol et meurtre. En leur écrivant de beaux premiers rôles par exemple.

Xbad
15/03/2021 à 18:42

Il faudrait un remake de la chaire et le sang sur ce mode pour voir ce que ça donne, ou du marquis de Sade ;p

PETA
15/03/2021 à 18:30

Quid des dragons femelles ?

Eddie Felson
15/03/2021 à 18:07

@Morcar +1

Super Zéro
15/03/2021 à 18:03

Dans GOT tout le monde souffre : les hommes ( la torture de Théon ) , les enfants ( Brann dès l'épisode 1 , la fille de Stannis ) , les femmes ( Sansa ) et même les animaux . C'est un univers impitoyable et c'est ce qui donne une identité à la série ( pour le meilleur et le pire ) mais bon sans doute que cette actrice voulait faire un peu promo dans l'air du temps...

Morcar
15/03/2021 à 16:07

C'est une série médiéval fantastique, et à l'époque médiévale on sait comment étaient traitées les femmes. C'est donc assez logique que la série respecte cet élément. Maintenant je trouvais que dans les premières saisons la nudité et le sexe étaient vraiment racoleurs sur la série, et c'est tant mieux si ça a été fait de manière plus subtile ensuite.
Mais le viol de Sansa étant hors-champ, je ne comprends pas ce qui a fait polémique dans cette histoire. Ce n'est pas comme si le violeur était montré de manière positive, comme un héros ou je ne sais quoi du genre. Au contraire, c'est quand même le même mec qui a castré un homme. Donc pas de souci dans le fait qu'il castre un homme, mais par contre le viol c'est plus choquant.
J'ai arrêté de chercher une logique dans le raisonnement des gens...

Xbad
15/03/2021 à 15:19

J'avoue être un peu perdu face à toute cette asepsie dans les oeuvres cinématographiques ces derniers temps. Moi perso ce qui m'a choqué c'est la scène avec la fille de stanis

Simon Riaux - Rédaction
15/03/2021 à 15:06

@Cinegood

Absolument aucune production contemporaine ne pourrait être tolérée si le code Hays était en vigueur.

Cinégood
15/03/2021 à 14:58

Si dans les premières saisons il y avait des scènes avec des femmes nues totalement injustifiées, ce retour bien vicieux du Code Hayes, non pas par l'état, mais par des personnes (SJW en tête), ça fait vraiment flipper.

Plus
votre commentaire